Casco Bay ∴ William G. Tapply

Il y a des livres qui se dévorent. Ce fut le cas lors de mes retrouvailles avec ce bon vieux Stoney Calhoun ! J’avais hâte de retrouver Casco Bay, ce petit coin de paradis du Maine où notre ami mène une existence paisible de guide de pêche. Enfin, pas si paisible que cela. Dans le premier volet de ses aventures, on découvrait que notre héros ignorait tout de son passé. Frappé par la foudre, il s’est réveillé un beau matin dans un lit d’hôpital, incapable de se souvenir de son identité. Mais la visite régulière de « l’homme en costume » lui a fait prendre conscience de son statut très particulier.

Mais revenons à l’histoire, Stoney continue donc de gérer sa petite boutique d’articles de pêche, de fabriquer ses mouches et d’aimer la très belle Kate Balaban. Tout semble aller pour le mieux. Stoney embarque un professeur d’histoire pour aller pêcher dans cet archipel d’îles inhabitées lorsque son client réclame de s’arrêter sur une île pour aller « se soulager ». Étonné mais complaisant, Stoney accepte. Lorsque son client ne revient pas, et son fidèle X, setter, ne répond pas, Stoney descend à son tour sur cette île pleine de fantômes, il découvre alors son client et son chien, assis devant un cadavre entièrement carbonisé.

Toujours hanté par la mort de Luke, un jeune guide de pêche,  Stoney compte ses amis sur les doigts de la main et lorsque le shérif Dickman lui demande d’être son adjoint, il refuse (à la surprise de son ami mystérieux, l’homme au costume, qui semble au courant de tout) puis finalement accepte.  Peu de temps après, le professeur d’histoire est assassiné sur la terrasse de Stoney. L’enquête s’emballe, les morts se multiplient et très de vieux réflexes enfouis lui reviennent peu à peu.

Il va découvrir très vite qu’il manie très bien les armes et sait se défendre lorsque l’on tente de l’attaquer. Il peut même tuer s’il le souhaite. Parallèlement, son histoire avec Kate s’assombrit lorsque celle-ci lui demande de mettre en pause leur relation.

Que dire ? Que j’adore Stoney, le Maine, ses coins de pêche, son humour et sa relation avec son chien !  Et je sais qu’il n’existe plus qu’un seul volet puisque l’auteur a eu la mauvaise idée de nous quitter.

La pêche n’a pas le premier rôle mais la passion de l’auteur s’en ressent, à son tour de nous entrainer dans la fabrication des mouches et leurs noms variés et divers et ses sorties en mer sont toujours aussi plaisantes. Le Maine est un État magnifique et j’ai presque eu envie de commander un billet en ligne pour aller découvrir Casco Bay et son archipel 😉

J’aime surtout la maison de Stoney, proche d’une rivière, où l’on se sent bien. Notre héros est toujours aussi attachant, même si ses talents si nombreux finissent, je l’avoue, par ressembler un peu trop à d’autres personnages de cinéma (cf. Jason Bourne…) mais son humour et son refus de chercher sa véritable identité le gardent pour l’instant à l’abri.

On se sent bien avec lui et le shérif Dickman, leurs petites manies sont très drôles – j’ai adoré le fait qu’il oblige Stoney à utiliser un téléphone. Leur amitié est particulièrement touchante, comme celle de Stoney avec son chien.

Un très bon volet – je vais prendre tout mon temps avant de me lancer dans la lecture du dernier opus. Je sais déjà que je vais avoir un gros pincement au cœur.

Pour ceux qui ignorent encore qui est Stoney Calhoun, je vous invite à lire mon billet sur le premier volet de ses aventures.

J’ai découvert récemment qu’il avait développé une autre série autour d’un autre personnage, le fameux Brady Coyne, avocat et qu’il lui a consacré plus de vingt romans ! En allant un peu fouiller, les avis sont aussi bons et apparemment il continue d’exceller dans la description de ces petites coins charmants de la Nouvelle-Angleterre.  Cette série n’a malheureusement pas été traduite en français. Je me suis décidée à acheter le premier volume afin de voir si « ça colle entre moi et Brady ».

♥♥♥♥

Éditions Gallmeister, coll.Totem, Gray Ghost, trad. François Happe, 357 pages

 

 

20 thoughts on “Casco Bay ∴ William G. Tapply

  1. J’ai craqué pour les nouvelles couvertures Totem. Je me suis acheté les trois tomes!
    J’ai survolé ton billet, car je fais encore durer le plaisir et repousse le moment de lire les deux derniers tomes de la série. (Pour une fois que je lis dans le bon ordre!)
    Pour info: le chien de Stoney s’appelle Ralph et c’est un épagneul breton. À moins que ce ne soit pas le même chien que dans « Dérive sanglante »?

    1. Merci pour le nom du chien ! C’est bien lui. On s’y attache beaucoup ! J’ai prêté les deux derniers volumes à ma mère. J’espère qu’elle ne va pas me raconter la fin tu vas beaucoup aimer ce volet !

  2. Je me note l’auteur immédiatement, je sens que je vais adorer – cela m’évoque la trilogie écossaise de Peter May – comme toi j’ai un pincement au cœur à l’idée de lire le dernier de la série (mais Peter May est bien vivant!)

  3. Vous me donnez envie de découvrir la trilogie .
    D’autant plus que que j’e fais entièrement confiance aux éditions Gallmeister .

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>