La trilogie berlinoise ∴ Philip Kerr (tome 1)

janvier 9, 2017
La trilogie berlinoise  ∴ Philip Kerr (tome 1)

De nouveau fidèle à mon programme de lecture, je me suis attaquée à l’imposante Trilogie Berlinoise – il me tardait de la découvrir après en avoir tant entendu parler. J’ai hésité entre acheter les trois volumes séparément mais j’ai trouvé l’intégrale en librairie et je savais qu’il me fallait l’acheter et non l’emprunter. Publiée entre 1989 et 1991, cette trilogie signée de l’Ecossais Philip Kerr est incontournable.

(Photo by Popperfoto/Getty Images)

J’ai donc entamé L’été de cristal et fait la connaissance de Bernie Gunther, ex-commissaire, devenu détective privé à Berlin. Nous sommes à l’été 1936, Hitler a pris le pouvoir depuis trois ans et l’Allemagne organise les Jeux Olympiques d’été. Bernie est un détective privé qui ressemble fortement à Marlowe – proche de la quarantaine, blond, aux yeux bleus – l’homme aime les femmes et n’a pas trop de difficultés à les mettre dans son lit. L’amour de sa vie a été emportée peu de temps après leur mariage par la grippe espagnole. Depuis Bernie, qui a quitté la police après l’arrivée de Hitler au pouvoir enquête – il refuse les affaires de liaisons extra-conjugales et lorsqu’un puissant industriel fait appel à lui, il fonce.

Il le dit lui-même : il ne refuse jamais une affaire quand derrière l’attend « une grosse somme d’argent ». Cet industriel vient de perdre sa fille et son gendre dans l’incendie criminel de leur maison. L’homme veut savoir qui est derrière tout ça. Il avoue à Bernie qu’un collier de diamants a été volé dans le coffre. Sous couvert d’être embauché par la compagnie d’assurance, Bernie commence son enquête mais très vite il se heurte à toutes les formes de polices que le pays possède dorénavant : les SS, la Gestapo, la police criminelle berlinoise (ses anciens collègues). En utilisant ses sources et son charme, Bernie plonge bientôt dans le monde désenchanté des puissants : argent, prostitution, secrets industriels, tout y passe.

L’enquête est rondement menée et évidemment l’idée de situer cette histoire en 1936 à Berlin est excellente. Bernie déteste le régime nazi, les saluts hitlériens à tout va, les déclarations patriotiques grandiloquentes et surtout la privation de toute forme de liberté. Les opposants au régime (intellectuels, professeurs, communistes, homosexuels) sont déjà envoyés au KZ (camps de redressement dont le tristement célèbre Dachau) où ils retrouvent les criminels de droit communs mais aussi les Juifs. Quand ils ne disparaissent pas tout simplement pour réapparaitre quelques semaines plus tard flottant gaiement …

L’acharnement contre les Juifs est lancé, ils ne peuvent plus travailler, doivent porter l’étoile jaune et voient tous leurs biens confisqués. L’Allemagne Nazie fait pourtant un effort en accueillant les J.O en dissimulant tous ces signes racistes et en laissant même les « nègres » jouer du jazz ! D’ailleurs ce « nègre » d’athlète américain Jesse Owens leur fait bien de l’ombre en remportant la course 😉

Bernie ne comprend pas ce qui arrive à son pays, la haine raciale mais aussi la délation et la corruption qui sont devenues le mode de fonctionnement de cette société qui ne jure plus que par un petit homme moustachu. Et son enquête le mène droit dans les arcades du pouvoir, le voilà engagé par Goering pour retrouver son bras-droit (homosexuel notoire) qui a disparu mystérieusement après l’incendie ….

Vue sur l’allée Unter den Linden (Les Tilleuls) depuis l’hôtel d’Adlon où le détective enquête …

Comment survivre à cette époque ? Bernie nous démontre les efforts qu’il doit déployer à chaque instant : il sera arrêté par toutes les forces de police, battu, envoyé à Dachau .. Mais Bernie ne perd jamais son sens de l’humour et surtout possède une ténacité à toute épreuve malgré les nombreux obstacles sur son chemin.

Un portrait extrêmement glaçant de la société allemande qui vous pousse à réfléchir et à vous méfier encore plus de ces formes populistes de propagande. Le pouvoir au peuple est une farce et l’Allemagne prépare la guerre au nez des vainqueurs de la première guerre mondiale (dont la France…).

J’ai hâte de lire les deux autres tomes (pendant et après la guerre) mais je préfère reposer l’ouvrage et le ressortir aux prochaines trouvailles. Bernie sera, j’espère, toujours aussi en forme !

♥♥♥♥

[highlight color= »color here »]Editions du Masque (version Poche), Berlin Noir, trad. Gilles Berton, 1015 pages [/highlight]

10 commentaires
0

Vous pourriez aussi aimer

10 commentaires

keisha janvier 9, 2017 - 7:50

Jamais lu, mais cette trilogie est bien vantée sur les blogs.

Reply
Electra janvier 9, 2017 - 2:22

Oui, je la croisais sans cesse – il était temps de m’y mettre !

Reply
luocine janvier 9, 2017 - 10:56

excellent choix! j’ai beaucoup aimé ces romans et de la part d’une « non » lectrice de policier ce n’est pas un mince compliment

Reply
Electra janvier 9, 2017 - 2:22

Je crois que l’intérêt réside beaucoup dans le contexte – l’Allemagne nazie et puis le personnage est très intéressant 🙂

Reply
Eva janvier 9, 2017 - 11:46

J’aime beaucoup le personnage de Bernie et le contexte historique (et clairement, Philip Kerr s’y connait) – je suis moins fan des intrigues en tant que telles, et du style, que je trouve un peu trop relâché et parfois un peu vulgaire…j’ai lu quasiment tous les romans de la série, sauf Hôtel Adlon, et la qualité des intrigues est assez inégale, même si l’atmosphère est toujours réussie, et les périodes historiques toujours bien choisies. ( Les romans ne sortent pas dans l’ordre chronologique, et tous ne se passent pas pendant la période nazie)

Reply
Electra janvier 9, 2017 - 2:23

Bon, tu as tout lu donc .. je vais déjà lire la trilogie après je verrai ! mais c’est sûr que le contexte rend la chose passionnante, on sent que l’auteur britannique est passionné par la chose !

Reply
Jerome janvier 9, 2017 - 12:35

Marlowe à Berlin en 1936, j’avoue que c’est très tentant (je suis un grand fan de Chandler !).

Reply
Electra janvier 9, 2017 - 2:24

et le contexte, ça te plairait ! il y a aussi de beaux « salopards » 😉 j’étais certaine que tu l’avais lu (ah mais non un polar ..) mais comme dit Luociné, elle n’aime pas les polars et pourtant elle a beaucoup aimé cette trilogie !

Reply
Enigma janvier 15, 2017 - 5:06

Oh la la, j’ai cette trilogie dans ma PAL depuis des années.. j’ai honte, il faut que je la lise! 🙂

Reply
Electra janvier 15, 2017 - 7:01

T’inquiète ! j’ai quelques livres aussi qui prennent la poussière ! Mais si tu veux une lecture sympa tout en étant historique et avec une touche d’humour, fonce !

Reply

Saisissez votre commentaire