La jeune fille et la guerre ∴ Sara Nović

janvier 6, 2017
La jeune fille et la guerre ∴ Sara Nović

Ce livre ne fait partie d’aucun challenge, ni même de mon programme de lecture. Il m’intéressait vivement pour des raisons personnelles, liées à cette guerre, à la Croatie et à l’histoire d’une jeune femme qui est partie en Amérique. Elle aurait pu être écrite par une de mes plus proches amies. Aussi, il me tardait de plonger dans cette lecture et lorsque j’ai vu qu’il était disponible à la BM, je n’ai pas hésité. Malmenant une nouvelle fois mon programme de lecture, j’avais glissé un roman dans ma valise que j’ai retiré pour y mettre celui-ci à la place.

Dans ma chambre d’hôtel, j’ai commencé ma lecture et j’ai du me forcer à la reposer pour garder le dernier tiers à lire dans le train vers la Cité des Ducs. Je l’ai terminé ainsi, dévorant chaque page. Il me tardait de vous en parler.

Sara Nović a 28 ans. Née en Croatie, elle s’est installée en Amérique et enseigne à New-York. « La jeune fille et la guerre » est son premier roman.

Zagreb, 1991. Ana Jurić est une petite fille de 10 ans, insouciante qui vit avec ses parents et sa petite sœur Rahela (8 mois) dans un appartement de la (future) capitale croate. Son monde est soudainement bouleversé lorsque la guerre éclate en Yougoslavie. Si les premiers temps, la capitale est épargnée par les combats, le déclin physique de Rahela inquiète vivement ses parents. Ils réussissent à obtenir un rendez-vous auprès d’une organisation non gouvernementale américaine installée de l’autre côté de la frontière, à Ljubljana en Slovénie. Le médecin américain diagnostique une grave maladie rénale qui nécessite une importante opération. En attendant, un traitement lui est prescrit. Au douanier qui leur pose la question : « souhaitez-vous vraiment retourner en Croatie ? » le père d’Ana répond oui. Hors de question de quitter leur pays même si les premiers raids aériens survolent la capitale. A chaque raid, les sirènes se déclenchent, et Ana, toujours accompagnée de son meilleur ami, se réfugie dans les abris. Les rations de nourriture se raréfient mais Ana le vit comme un jeu d’enfant. Il faut pédaler pour éclairer l’abri anti-atomique et les enfants adorent ça. Mais peu à peu, l’atmosphère change. Les parents d’Ana chuchotent beaucoup et se disputent souvent. La raison : Rahela dépérit à vue d’œil. Elle doit absolument partir à l’étranger pour être opérée. La petite famille s’entasse dans la voiture d’un voisin, direction le sud du pays et Sarajevo en Bosnie où la mission américaine les attend.

New York, 2001. Ana est étudiante à l’université de New York, en fac littéraire. La jeune femme, perturbée, désorientée tente de mener de front sa nouvelle vie et son passé. Un passé qu’elle tait. Son petit ami ignore tout et la croit américaine. Mais des signes la trahissent, ainsi son professeur ne lui fait lire que des livres sur des rescapés de guerre. Toutes les nuits, la jeune femme fait des cauchemars. Et lorsque le médecin de l’ONU qui l’avait aidée à l’époque de la guerre lui demande de témoigner à l’ONU, elle réveille en elle ce passé si redouté. Peu à peu, sa carapace craque de tous les côtés, et la jeune femme doit affronter son passé. Ana décide alors de retourner dans son pays natal afin d’affronter les fantômes de son passé et tenter de faire la paix avec sa propre histoire et celle d’un pays entier.

Le roman alterne aller et retour entre le passé, où la fillette de dix ans vit heureuse et le présent, où Ana cache son histoire.

Que dire ? Si l’histoire me touche personnellement, me rappelant énormément celle d’une amie, l’auteur signe ici une sublime histoire de résilience. Un moment très fort de lecture pour moi. L’auteur fait preuve d’une impressionnante maîtrise et délicatesse en abordant le personnage d’Ana dont la détresse m’a énormément touchée. Mais aussi ses espoirs, sa rudesse, sa ténacité et sa résilience qui lui a permis à l’âge de dix ans d’affronter le pire.

Souvenez-vous, nous avions le nez scotché devant nos téléviseurs à suivre cette guerre si proche et pourtant si lointaine. Si les lecteurs se souviennent plus des combats en Bosnie, et du siège de Sarajevo, il ne faut pas oublier la Croatie – premier pays attaqué par la Serbie de Mladić et Milošević.  Le pays fut coupé en deux. Puis la Bosnie sombra à son tour dans la guerre. Les forces françaises de la FORPRONU arrivèrent mais ne purent empêcher le massacre de Sebrenica. En Croatie et Bosnie, des camps de prisonniers furent constitués et les hommes étaient souvent massacrés. Je me souviens d’une photo d’un de ces camps montrant des jeunes hommes, le torse nu, aussi maigres que ceux des camps de concentration.

Ce que j’ai aimé ici, c’est qu’on voit la guerre à travers les yeux d’une enfant – qui ne comprend pas les tensions entre voisins, car la Croatie, comme tous les autres pays, était un pays multiethnique, Luka son ami est Bosniaque, les couples mixtes étaient courant. C’est finalement un voisin serbe qui viendra à son secours. La guerre n’a plus aucun sens. La haine est diffuse. Son retour au pays va d’ailleurs permettre à Ana d’être confrontée à la réalité : les Croates ont massacré les Serbes de la Krahina, une région croate où ils vivaient dans la paix depuis des siècles. Et les musulmans et les Croates (catholiques) se sont d’abord affrontés (Moštar) avant de s’allier contre les Serbes (orthodoxes). Ana sait que son nom de famille, Jurić trahit ses origines. Les Croates utilisent l’alphabet latin, les Orthodoxes l’alphabet cyrillique. La Yougoslavie de Tito tombe sous les balles, avec la famille d’Ana.

La survie d’Ana ne s’arrête pas lorsqu’elle foule le sol américain, elle dure bien au-delà. La romancière livre ici un roman très fort, avec un portrait d’enfants superbes – tous confrontés à la tragédie et la résilience, que ce soit celle d’Ana ou de ses amis restés au pays.

Son roman est une vraie réussite, du début à la fin. Un tour de force qui plonge le lecteur dans la guerre mais aussi la force à affronter sa propre personne dans un miroir : comment la guerre nous façonne-t-elle ? Sara trouve du réconfort dans la littérature qu’elle étudie et les choix de lecture de son professeur. Grâce aux livres, elle peut mettre des mots sur ses traumatismes.

J’ai aimé chaque chapitre, chaque phrase et les dernières pages sont sublimes. J’ai pensé un temps qu’il s’agissait d’un roman autobiographique, tant il est saisissant de vérité, mais non – l’auteure est plus jeune mais elle s’est appuyée sur les témoignages de ses amis et de sa famille.

L’autre réussite du livre c’est le portrait de son pays, des us et coutumes que j’aime tant là-bas, des jeux au trg (square), des décorations de Noël, des chants, du changement des saisons, des vacances au bord de l’Adriatique.

J’ai découvert ce pays alors que la guerre sévissait encore ci-et-là. J’étais jeune et j’avais décidé d’accompagner mon amie, réfugiée aux États-Unis. Nous avons été accueillies par la FORPRONU à l’aéroport, puis nous avons traversé le pays, accompagnées par les militaires à certains endroits, nous avons traversé des villages détruits, des maisons défigurées par les trous de mortiers. J’ai un profond sentiment d’attache envers ce peuple et j’ai toujours eu honte de mon pays. Depuis, la Croatie est devenue un pays de tourisme, où des millions de Français passent leurs vacances chaque été. Rien de tel que l’eau turquoise, les bateaux de pêche, les sardines grillées et les tomates fraiches. Difficile de penser lorsqu’on croise le regard des habitants qu’ils ont connu la guerre, la famine, la peur, les camps. Mon amie a connu tout ça. Après avoir longtemps étudié le Russe, c’est elle qui m’a donné envie d’apprendre sa langue, encore plus jolie. Molim te.

Je vais m’empresser de lui parler de ce livre et  je vous encourage à le lire !

♥♥♥♥♥

[highlight color= »color here »]Éditions Fayard, The Girl at war, trad. Samuel Todd, 320 pages  [/highlight]

20 commentaires
0

Vous pourriez aussi aimer

20 commentaires

Fanny janvier 6, 2017 - 9:08

J’ai été émue par ce billet, chère Electra ;-). Ton amie doit absolument le lire, c’est une belle déclaration d’amitié que tu lui fais.
J’avoue, pendant la guerre de Yougoslavie, j’avais une dizaine d’année et je n’ai pas été plus touchée que ça. C’est par après que j’ai découvert les massacres mais une part d’ombre est toujours présente. Ce livre pourrait éclairer beaucoup de choses.

Reply
Electra janvier 6, 2017 - 9:29

Merci !
Oui, j’ignore si elle va le lire car il lui parlera sans doute un peu trop (et encore dans le livre, il n’y a pas de camps …)
Moi j’étais un peu plus âgée – je me souviens par contre avoir à l’époque enregistré un reportage sur un orphelinat de Sarajevo – les éducateurs étaient partis et les enfants étaient livrés à eux-même .. J’avais été très marquée par ces enfants.

Reply
keisha janvier 6, 2017 - 9:55

Hélas à cette époque j’étais à l’étranger, suivant cela en décalage (et sans télé) et j’ai donc beaucoup raté (je me souviens quand même de Sarajevo). Je ne sais plus où je disais que la chute du mur de Berlin, je l’ai appris deux jours après. En revanche, je suis une pro sur la guerre civile au Liberia…

Reply
Electra janvier 6, 2017 - 9:58

Tu devrais lire ce roman alors – il t’expliquera ce qui s’est passé à 2h de vol de Paris 😉

Reply
Eva janvier 6, 2017 - 11:10

Quel magnifique billet, oui, très émouvant.
Comment ne pas lire ce roman???
Décidément, tu es allée partout – même en Yougoslavie, pendant la guerre…
moi j’étais enfant/ado à cette époque et je me sentais assez peu concernée – et comme tu dis, difficile quand on va désormais en vacances en Croatie de s’imaginer qu’il y a 15/20 ans, il y avait une guerre civile absolument épouvantable et que les gens s’entretuaient entre voisins et personnes de la même famille…

Reply
Electra janvier 6, 2017 - 12:00

Merci ! oui et puis vraiment, sans penser à moi, le roman est magnifique !
Oui, à l’époque j’étais jeune et un peu inconsciente, être accueillie par l’armée française à l’aéroport .. mais bon aucun regret.
Heureusement, la guerre est terminée et depuis les pays sont devenus autonomes et stabilisés 😉
Connaissant tes goûts, je pense que ce livre te correspond très bien !

Reply
Jerome janvier 6, 2017 - 12:51

Très joli ressenti, sincère et touchant. Tu sais qu’il m’attend, et même si je n’ai pas la même relation que toi à ce pays, je suis certain qu’il me plaira.

Reply
Electra janvier 6, 2017 - 2:24

Merci ! oui forcément pour moi, il avait un attrait particulier mais il est tellement bien écrit et surtout j’aime beaucoup le travail qu’elle fait sur elle-même pour affronter le passé et le présent (car son retour n’est pas évident, surtout en retrouvant ceux qui « sont restés »).
Tu vas aimer, j’en suis certaine !

Reply
Kathel janvier 6, 2017 - 1:57

Mais c’est bien de sortir de ses programmes de lecture de temps en temps (tout le temps, même !)…
J’ai repéré ce roman après en avoir lu les premières pages dans un magazine, et j’attends de le trouver en bibli, il y est, je le sais ! (et j’ai lu ton billet en diagonale pour ne pas trop en savoir !)

Reply
Electra janvier 6, 2017 - 2:22

Bonne idée ! je fais pareil pour les livres que je compte lire, lire tout ..non !
Oui, il était à ma bibli et je l’ai remis après dans les coups de cœur (on remplit un petit papier spécial) car je veux que le maximum de gens puissent le voir !

Reply
Marie-Claude janvier 6, 2017 - 2:32

J’avais hâte de le lire, ce billet. Sublime! J’ai aussi pensé à ton amie en lisant ton billet.
Évidemment, je compte le lire. Difficile de faire autrement…

Reply
Electra janvier 6, 2017 - 3:37

Oh merci !
Oui, et ici dans le livre, tout n’est pas évoqué mais tu vas aimer, surtout qu’on suit un enfant 😉

Reply
Edwige Mingh janvier 6, 2017 - 5:10

J’ai été touchée par ce conflit d’autant plus tragique qu’il se déroulait si proche de nous. Dès avant cette guerre fratricide beaucoup de yougoslaves avaient quitté leur pays. L’un d’entre eux a épousé une cousine et est entré dans la famille…

Reply
Electra janvier 7, 2017 - 1:37

C’est vrai ? J’en ai rencontré plusieurs aux USA. Ce fut difficile

Reply
Tasha janvier 6, 2017 - 8:24

Tu me donnes très envie de lire ce livre, de quoi mettre à mal mes résolutions. 😉

Reply
Electra janvier 7, 2017 - 1:36

Désolée ! Mais il en vaut la peine

Reply
La Rousse Bouquine janvier 8, 2017 - 9:57

Wishlist, direct !
Tu m’as beaucoup émue avec ce billet… Comme beaucoup de Français effectivement je pense avant tout à la Croatie pour ses plages, notamment parce que j’étais bien trop jeune pour comprendre cette guerre et que parce que mes parents avaient décidé que les infos n’étaient pas forcément ce qu’il y avait de mieux à regarder quand on est tout petit… Et quelque part ce n’était pas une mauvaise idée.
Merci pour le partage copinaute.

Reply
Electra janvier 8, 2017 - 11:20

de rien ! et puis en plus il est très bien écrit ce premier roman – et je suis son auteure sur les réseaux sociaux, elle est jeune et j’aime son humour !

Reply
Anna janvier 15, 2017 - 6:46

J’ai survolé la partie où tu racontes l’histoire pour ne pas trop en savoir, mais j’ai lu le reste et tu sembles si enthousiastes et émue par ce livre qu’inévitablement cela donne terriblement envie de le lire. Si je comprends bien l’auteur est un peu plus jeune que son personnage, mais j’imagine qu’elle a beaucoup emprunté à sa propre histoire, non ?

Reply
Electra janvier 15, 2017 - 7:05

oui, j’ai trop raconté de détails ! Oui, elle avait cinq ans quand elle a émigré aux USA donc n’a pas autant de souvenirs que son héroïne, j’imagine que c’est pour cela qu’elle a choisi un personnage plus âgé capable de se déplacer tout seul, avec ses amis … mais il est certain qu’elle s’est inspirée de sa propre histoire et de celles d’autres proches.

Reply

Saisissez votre commentaire