Je voyage seule ∴ Samuel Bjørk

Dans le cadre du challenge Prix des nouvelles voix du Polar 2016 organisé par Pocket, j’ai eu l’occasion de lire plusieurs romans. Aujourd’hui, je veux vous parler de ce roman signé Samuel Bjørk. Mais qui est Samuel Bjørk ? Un pseudonyme ! Il s’agit en fait de l’écrivain norvégien Frode Sander, auteur de romans et de pièce de théâtre. J’ai appris en me renseignant sur lui qu’une suite est déjà paru chez J.C Lattès, Le Hibou.

je-voyage-seule-samuel-bjorkL’histoire est assez glauque : on découvre le corps d’une petite fille pendue à un arbre. Vêtue d’une robe de poupée, une pochette autour du cou de la fillette utilisée pour les enfants « voyageant seule » et voici le début d’un véritable cauchemar pour la communauté norvégienne. Le commissaire Holger Munch a compris qu’il a à faire à un tueur très spécial – il décide d’aller rendre visite à son ancienne collègue, Mia Kruger. La jeune femme s’est réfugiée sur l’île d’Hitra. En pleine dépression, elle a décidé de mettre fin à ses jours. Elle a déjà choisi la date : le jour de la mort de sa sœur jumelle il y a cinq ans, détruite par la drogue. Mia ne s’en est jamais remise.  Mais lorsque son ancienne collègue vient la trouver, Mia sait qu’ils ont à faire à un tueur en série (un terme inconnu en Norvège) et qu’elle doit repousser son départ.

En regardant les photos, Mia arrive déjà à mettre des mots sur le crime et lorsqu’une deuxième victime est découverte va découvrir un élément les ramenant à une enquête passée : celle du vol à la maternité d’Oslo d’une petite fille née orpheline, vol jamais résolu.

Au même moment, deux jeunes frères, laissés seuls par leurs parents jouent dans la forêt. L’un d’eux va trouver un cadavre mais l’ainé va aussi découvrir au fond des bois l’existence d’une secte où vit une fillette qui n’a pas le droit de parler mais qui va quand même réussir à lancer un message au secours…

J’ai aimé cette lecture pour diverses raisons : d’abord, le roman est plutôt bien écrit, ce qui n’est pas désagréable et s’agissant d’un roman scandinave, j’aime sa simplicité et le fait que l’auteur évite les grosses ficelles qu’on trouve souvent dans les romans policiers.

artic-norvege

Ici, il privilégie la psychologie des personnages – et les petites villes norvégiennes, malgré le choc brutal liées aux meurtres, restent toujours les mêmes. Le froid hivernal joue aussi un rôle en recouvrant d’une enveloppe nuageuse les paysages et les personnages. L’atmosphère est particulièrement réussie – et la le livre est un bon page-turner. L’auteur réussit également à nous tromper (même si j’avais quelques doutes sur un personnage) ce qui n’est pas désagréable. Et les personnages des enfants sont tous très réussis. On s’attache très vite à eux.

L’histoire en parallèle de la secte est très bien écrite et explique les dérives de ces mouvements sectaires et le fait qu’ils peuvent au final être victimes de leur propre succès.

Un bon moment de lecture, lu quand j’étais au fond de mon lit. Je ne pensais pas m’en souvenir autant mais si ! Et je suis contente de savoir qu’il y a une suite. Car les personnages principaux (les flics) sont très bien décrits.

♥♥♥♥♥

Éditions Pocket, thriller, x, trad.Jean-Baptiste Coursaud , 592 pages

11 thoughts on “Je voyage seule ∴ Samuel Bjørk

  1. Evidemment, je prends bonne note : il faudra juste que je surmonte le côté glauque de la découverte initiale du cadavre, donc je vais attendre de revenir en « mode polar »!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>