Le toutamoi

Deuxième lecture dans le cadre du challenge Prix du Meilleur Polar de Points, le roman noir d’Andrea Camilleri m’aura laissé sur ma faim, et je l’avoue, m’a aidé à mieux cerner les romans noirs qui ne me parlent absolument pas.

En Italie (pas loin de Pise), vivent Arianna, une jeune trentenaire et son époux Giulio, un homme d’affaires riche et sexagénaire. Ce dernier est impuissant depuis un accident de voiture, aussi il a proposé à son épouse, un drôle d’arrangement : coucher avec des gigolos sous son regard bienveillant (il lui propose toujours 3 ou 4 hommes au choix, et elle ne peut jamais coucher plus de deux fois avec le même). La jeune femme a fini par accepter et chaque jeudi, ils partent ensemble à la plage, faire leur marché. Mais Ariana a un jardin secret : un endroit qu’elle s’est aménagé, que personne ne connaît, gardé par un crâne de vache, où elle peut tranquillement parler avec Stefania, sa poupée en porcelaine. Elle l’appelle le toutamoi. La jeune femme lui a confectionné un coin à elle et allume une bougie à chaque visite. Les deux discutent de tout et particulièrement du dernier amant, Mario, un lycéen, qui s’est épris follement de la jeune femme.

le toutamoiTout au long du roman, en italique, l’auteur raconte la vie d’Ariana, son enfance, ses premiers rapports sexuels (très jeune), son premier mariage, sa rencontre avec Giulio et les plaisirs qu’elle éprouve à jouer encore à la poupée ou à faire pipi dans son lit. Mais malheur à qui viendrait à entrer dans son toutamoi en se moquant…

Né en Sicile en 1925, Andrea Camilleri est scénariste et metteur en scène de théâtre. Il est l’auteur des aventures du commissaire Montalbano, de romans historiques (L’Opéra de Vigàta, La Pension Eva) et de romans noirs (Le Tailleur gris,Intermittence), disponibles en Points. J’avoue, je n’ai jamais lu, un seul roman de cet auteur italien, et disons je ne suis pas très tentée de le faire.

Je me suis ennuyée, j’avoue, à suivre la vie d’Ariana, qui jongle entre sa vie d’épouse, ses ébats sexuels monnayés et son attirance pour le jeune homme – même si j’étais curieuse de découvrir l’enfance et l’adolescence de la jeune femme, sans doute pour mieux comprendre son fameux « toutamoi ».

Mais l’histoire n’a jamais réussi à m’emballer. De plus, j’ai trouvé l’explication à ce comportement anormal très simpliste : la jeune femme a eu le malheur de naître très jolie, et plutôt à l’aise dans sa peau – abusée très jeune par le compagnon de sa grand-mère, elle continue à enchaîner les relations toxiques. Quant à son comportement anormal – elle entend parler la poupée et celle-ci bouge et agit seule, allant jusqu’à commettre des actes violents – aucune explication.

Bref, je laisse cette lecture à d’autres. Ce genre d’histoires, a selon mon opinion tout à fait personnelle, un côté voyeur – cette lecture plairait-elle plus à un lecteur de sexe masculin ? Je ne sais pas. Ce dont je suis certaine c’est que j’ai trouvé l’histoire plate, comme on dit au Québec et fabriquée de surcroît avec de trop grosses ficelles.

L’un de vous a-t-il déjà lu cet auteur ?

♥♥♥♥♥

Editions Points, trad. Serge Quadruppani, (Métailié), 164 pages