Wild, from lost to found

mars 29, 2016
Wild, from lost to found
Après avoir vu l’adaptation cinématographique avec Reese Witherspoon que j’avais adoré, je me suis donc lancée et j’ai acheté le livre. S’agissant ici d’un récit autobiographique, et ayant vu le film en v.o, j’ai choisi de le lire anglais. (cf. la photo représente la vraie Cheryl pendant son voyage).
wild bookPour les rares qui seraient passés entre les gouttes, voici en quelques mots l’histoire de Cheryl Strayed, l’auteur de ce récit : à l’âge de 22 ans, Cheryl pense avoir tout perdu. La mort subite de sa mère entraine la dispersion de sa famille et la fin de son mariage. Quatre années ont passé lorsque Cheryl prend une décision dramatique : sans expérience et sans entrainement, uniquement guidée par une petite voix intérieure, elle décide de se lancer à la conquête de la Pacific Crest Trail (PCT), le sentier de la côte Pacifique qui début dans le désert du Mojave en Basse Californie pour aller rejoindre la frontière canadienne au nord de l’état de Washington, en traversant l’Oregon. A l’époque, la jeune femme ne compte pas aller plus loin que la Californie mais les conditions météorologiques et une volonté insoupçonnée vont changer son itinéraire.
Ce voyage, Cheryl le fera seule.
Moi qui connaissais l’histoire (le film est en tout point fidèle au roman), j’ai cru que je serais moins envoutée par le récit, mais que nenni ! Ce fut l’inverse, j’ai été totalement happée par ce livre où la jeune femme, près de 17 ans plus tard, réussit à retranscrire les frayeurs, les peurs, les douleurs mais aussi les plaisirs, les moments d’émerveillement qu’elle a pu ressentir lors ce voyage, un voyage intérieur qui l’aura parfois rendu folle, mais surtout renforcée et finalement guérie d’un mal-être profond.

Le terme anglais pour ce trajet est journey. Ce mot anglais a plusieurs significations qui ici trouvent tout leurs sens : voyage, chemin, trajet, route. C’est un voyage intérieur que va entreprendre Cheryl, un trajet symbolique vers la ville qui deviendra son domicile, son attache (Portland), une route vers une nouvelle vie (9 jours après elle rencontrera son futur époux et père de ses enfants), et un chemin de guérison comme certains prennent chaque année la route vers Saint-Jacques de Compostelle.

Ce livre a connu un succès mondial lors de sa parution en 2012, mais comme l’a expliqué Cheryl, il ne s’agit pas d’un récit nature writing. Même si tout à la fin, Cheryl s’attarde sur l’histoire volcanique de certaines montagnes, ce n’est pas l’objet du récit. Même si la nature est évidemment le deuxième personnage principal de ce récit, c’est surtout un voyage intérieur comme le prouve le titre complet du roman : from lost to found.  Depuis plusieurs années, la jeune femme s’était perdue. La mort soudaine de sa mère adorée, celle qui était le pivot de cette famille avait fracassé violemment l’équilibre fragile de cette jeune étudiante en lettres. Déboussolée, la jeune femme s’était perdue dans des aventures sans lendemain, dans la drogue et l’alcool. Elle avait abandonné ses études et si ce n’est par l’extraordinaire soutien de son ex-mari, Paul, elle aurait sombré corps et âme. En s’arrêtant un jour sur un guide de randonnée consacré au PCT , la jeune femme a eu comme un déclic.

Cheryl raconte ici la souffrance, les regrets et surtout la perte de l’être le plus cher au monde pour elle :  sa mère, emportée par un cancer foudroyant à l’âge de 49 ans en 49 petits jours. Le monde de Cheryl s’écroule. Tous ses repères disparaissent. La famille éclate. Mais la force du récit c’est que Cheryl n’est jamais dans l’apitoiement. Ici pas de larmoiement, elle assume sa descente en enfer, ses choix de vie, même les pires. Elle crie sa rage, sa douleur. Elle en veut à sa mère d’être partie si vite. Elle s’en veut d’être devenue ce zombie. Alors, elle marche, elle avance, elle tombe, se relève. 94 jours de marche dans des conditions météo éprouvantes : des déserts aux montagnes, de la chaleur et de la sécheresse, à la neige et aux pluies glaçantes. La jeune femme porte sur elle et en elle tous ses fardeaux comme ce sac à dos, énorme qu’elle a surnommé « Monster ».

wild movie monster bis

A chaque jour suffit sa peine, et lorsque ses pieds, ses muscles la lâchent, Cheryl est envahie de doutes mais la jeune femme ne lâche jamais le morceau. Elle remercie l’éducation reçue, la pauvreté dans laquelle elle a été élevée. Sa famille a toujours vécu chichement, sa mère, cumulant les petits jobs de serveuse, la famille vivotant dans des maisons sans eau courante ou sanitaires. Elle remerciera son beau-père, pourtant sorti trop vite de sa vie après le décès de sa mère, il lui aura appris la pêche, la chasse et quelques techniques de survie. La vie n’a jamais été aisée pour elle, aussi elle se relève à chaque fois. A chaque pause, où elle va chercher un colis rempli de nourritures, de vêtements neufs et d’un billet de 20$, Cheryl revit.

Il y a des moments sublimes dans ce roman, chaque rencontre avec un animal, que ce soit un serpent à sonnettes, un renard ou un ours – ces instants sont magiques. Et puis il y a aussi ces rencontres avec d’autres randonneurs, des couples, des étudiants dont certains avec qui elle va ressentir une profonde connexion. Et si elle est parfois heureuse de faire un bout de chemin en leur compagnie, Cheryl ressent le besoin profond de continuer seule. Alors, elle les quitte et continue à marcher, grimper, malgré l’état terrible de ses chaussures et de ses pieds, du poids de ce sac-à-dos. Elle décrit très bien les changements physiques engendrés par cette randonnée. 94 jours, où elle va peu à peu accélérer son pas et bientôt elle marchera près de 25 km par jour. Cheryl étonne et fait fantasmer tous ceux qui la croisent. Cette jeune femme frêle prête à affronter tous les dangers : les chutes dans des ravins, l’étroitesse de certains passages, les tempêtes, la glace et les animaux sauvages. Mais j’en reviens au point initial : le plus grand voyage reste l’exploration de son propre paysage émotionnel.

Cheryl est seule pour affronter ses démons. Et quand arrive le soir, elle est ravie, même par une soirée d’été agréable où des milliers d’étoiles parcourent le ciel, de se glisser dans sa tente et de pouvoir dévorer livre après livre. Onze d’entre eux finiront en cendres, afin d’alléger le poids de son Monster. Elle les cite à la fin de son récit, et particulièrement un recueil de poèmes d’Adrienne Rich dont elle ne pourra jamais se séparer. La jeune femme signe de son nom les cahiers d’entrée dans les parcs nationaux en y ajoutant des citations ou des poèmes. Bientôt, elle devient une légende parmi les randonneurs qui espèrent la croiser. Cheryl aime les mots, les livres et veut devenir écrivain.

Ce récit aura eu un fort écho en moi, d’une part, parce que cette randonnée m’a toujours fait rêver, et d’autre part, parce que j’ai perdu un parent au même âge. Et j’ai connu cette même rage intérieure. Même si j’ai eu de la chance de pouvoir compter sur le reste de ma famille, j’ai eu quelques années difficiles. Et puis j’ai voyagé à de nombreuses reprises dans ces parcs nationaux, du désert du Mojave jusqu’aux plages et aux forêts de l’Oregon, je suis passée très près de ces endroits majestueux.

L’autre point fort du récit est son auto-dérision : lorsque Cheryl perd l’une des ses chaussures de randonnée ou qu’elle doit survivre avec 20 centimes, qu’elle rêve d’un soda pendant des jours et des jours. Pour les randonneurs, ou ceux qui aimeraient se lancer, Cheryl est le cobaye parfait : ses chaussures sont trop petites, son sac à dos est trop chargé. La solitude peut devenir très pesante et les idées noires venir se forger dans un coin de votre tête. L’envie d’abandonner n’est jamais loin. Cheryl n’enjolive rien.

Pour avoir vécu aux États-Unis, la marche n’a rien de normal. La plupart des villes de l’Ouest ne possèdent pas de trottoirs, on conduit toujours pour aller au travail, faire ses courses, sortie le soir. Le pays entier est tourné vers la voiture. Alors Cheryl découvre ce que représente pour de vrai un mile (1,6 km) et de marcher des heures et des heures, puis des jours et des semaines, et des mois. Plus de trois mois.

Je n’aime pas écrire dans mes livres mais ici il y a tellement de passages qui ont résonné en moi que j’ai sauté le pas. Ce livre fait dorénavant partie de mes 10 lectures préférées. Un livre dont je sais déjà que je relirai encore et encore. J’ai, je l’avoue, repoussé la fin de ma lecture pour rester encore en sa compagnie et celle de Doug, Tom et tous ceux qui, un jour, se sont lancés un défi.

♥♥♥♥♥♥

 [highlight color= »color here »] Editions Knopf Doubleday Publishing group, 336 pages [/highlight]
13 commentaires
0

Vous pourriez aussi aimer

13 commentaires

Marie-Claude mars 29, 2016 - 12:38

Même si j’ai prévu de le lire cette année, je n’ai pas pu m’empêcher de dévorer ton billet.
Wow! Quel vibrant hommage et passionnant témoignage… J’ai vraiment très très hâte de le lire.

Reply
Electra mars 29, 2016 - 1:24

Merci ! un énorme coup de coeur pour ce roman, j’étais persuadée que tu l’avais lu ! Tu vas adorer et il va te parler j’en suis certaine ! C’est un texte indispensable ! Je comprends mieux Chinouk qui en parle souvent 😉

Reply
Léa Touch Book mars 29, 2016 - 1:38

Le livre est magnifique et le film est très bon aussi 🙂

Reply
Electra mars 29, 2016 - 4:49

Oui, une des rares adaptations ciné aussi réussie ! 😉

Reply
keisha mars 29, 2016 - 1:39

OK j’ai compris, il faut que je le lise (mais ce sac est un vrai monstre, exact!!)

Reply
Electra mars 29, 2016 - 4:48

pas le choix Keisha ! et j’ose dire : tu ne l’as pas lu ???????

Reply
quaidesproses mars 29, 2016 - 5:20

J’avais vu le film que j’avais globalement aimé, mais pas suffisamment pour me lancer dans la lecture. Néanmoins, après cette chronique, je crois que je vais me lancer moi aussi ! Puis c’est toujours bien de faire et l’un, et l’autre.

Reply
Electra mars 29, 2016 - 10:43

Le film est très beau mais le livre nous permet de pénétrer dans son monde et pas uniquement autour de ce voyage mais aussi tout ce qui la pousse à avancer. Impressionnant !

Reply
Nelfe mars 29, 2016 - 7:17

Ni vu, ni lu… J’ai l’impression qu’il faut que j’y remédie… ^^

Reply
Electra mars 29, 2016 - 10:44

Ah oui ! Je pense qu’il va te plaire énormément ! Une personnalité féminine hors du commun

Reply
Nelfe mars 29, 2016 - 11:41

Je vais le rajouter dans ma liste 😉

Reply
Tag en promenade – Tombée du ciel avril 6, 2016 - 12:07

[…] Idem pour Reese Whitherspoon qui a adapté admirablement bien le roman de Cheryl Strayed, Wild. […]

Reply
Wild – Cheryl Strayed | Tu vas t'abîmer les yeux juillet 2, 2017 - 1:01

[…] J’ai entendu parler de « Wild » de Cheryl Strayed à la sortie de son adaptation cinématographique, avec Reese Whiterspoon dans le rôle principal, mais à l’époque les récits de randonnée en solitaire ne m’intéressaient absolument pas (même si j’avais adoré le film « Into the Wild »…). C’est en lisant « Promenons-nous dans les bois » de Bill Bryson sur son expérience du Sentier des Appalaches que j’ai eu envie de découvrir le récit de Cheryl Strayed sur l’autre grand parcours américain, le Pacific Crest Trail, et encore plus quand j’ai su que c’était l’un des livres préférés d’Electra! […]

Reply

Saisissez votre commentaire