Un oiseau dans la maison

mars 1, 2016
Un oiseau dans la maison

Il était temps de reprendre la route du Canada ! C’est avec Margaret Laurence  et son roman Un oiseau dans la maison.

Margaret LaurenceJe me dois en premier de remercier Marie-Claude qui avait mentionné plusieurs auteurs célèbres canadiens dont Margaret Laurence. J’ai appris un peu plus sur son œuvre et j’ai choisi ce roman, publié en France par les éditions Joëlle Losfeld. Comme Kent Haruf qui a créé de toutes pièces le comté de Holt, la romancière canadienne a créé une ville, Manawaka, qui apparait dans plusieurs de ses romans. La romancière est née en 1926 à Neepawa dans le territoire du Manitoba. Sa mère et son père décèdent alors qu’elle est encore enfant.  Son père s’était remarié avec la sœur cadette de son épouse, Margaret dont il a eu un fils, Robert. Il décède alors que Peggie (son surnom) a neuf ans. Celle-ci s’installe chez son grand-père avec sa belle-mère et son demi-frère. Encouragée par sa belle-mère (et tante) Margaret, Peggie publie ses premières nouvelles à l’âge de quinze ans. La jeune femme fait de brillantes études et obtient son diplôme de l’université de Winnipeg en 1947. Elle épouse John Laurence et part vivre en Afrique puis une dizaine d’années en Angleterre avant de revenir au Canada où elle publie en 1964 son premier roman, L’ange de pierre.

Je découvre en préparant cette chronique que son roman est donc en grande partie autobiographique puisque l’héroïne Vanessa McLeod connaît en grande partie le même destin. Elle perd l’un de ses parents enfant et part vivre dans « la maison aux briques » où vivent son grand-père, l’irascible Timothy Connor et sa tante Edna. La petite Vanessa est la narratrice de ce roman, elle y raconte sa vie sous forme de journal intime où elle fait des allers et des retours à divers périodes de son enfance (elle a 11 ans, puis 9, puis 6, puis à nouveau 11, 13 et 15 ans).  Le père de Vanessa est médecin d’origine écossaise. Les McLeod ont eu de l’argent mais la Dépression est arrivée et son père est aujourd’hui rémunéré en poulets et dindes. Sa mère joue les infirmières, les temps sont durs. Vanessa a 10 ans quand sa mère tombe enceinte. Irlandaise protestante, Beth travaille dur. D’un milieu plus modeste, elle est proche de ses parents Timothy et Agnès, de sa petite sœur Edna et de son oncle Dan. Vanessa a peur de ce grand-père au fort caractère, qui chasse tous les prétendants d’Edna et passe son temps à critiquer les faits et gestes des membres de sa famille. Sa grand-mère, très pieuse, se réfugie dans le salon, auprès d’une cage où un canari chante rarement.

un-oiseau-dans-la-maisonVanessa craint encore plus son autre grand-mère, la froide Mrs McLeod n’a jamais réussi à admettre d’avoir perdu son statut privilégié. Cette vieille femme aigrie exige une bonne alors que son fils, Ewen, le père de Vanessa, ne peut même pas acheter une robe neuve à sa fille. Elle n’aime pas beaucoup les Irlandais (donc sa bru) et vit seule après avoir perdu son fils ainé Roderick à la guerre puis son époux. Depuis, elle porte toujours le deuil et rien ne semble la réjouir, encore moins cette enfant turbulente qui risque à tout moment de renverser un objet lorsqu’elle vient chez elle. Vanessa se réfugie dans un monde imaginaire, la petite fille écrit des histoires. Elle raconte son incompréhension lorsque les adultes s’entretiennent ou se chamaillent ; elle comprend juste que les temps sont très durs, que l’argent manque, que Tante Edna a perdu son travail et  que la Dépression a tout pris à sa famille.

Je m’étais imaginée un roman plus sombre, même si la vie de Vanessa sera secouée de plusieurs drames, il en reste néanmoins une lueur d’espoir, pour elle, sa tante adorée ou sa mère. Les temps durs vont passer et elle, jeune femme modeste, ira à l’université. J’ai beaucoup aimé certains passages, lorsqu’elle se remémore ses vacances au bord du lac, à écouter les huards sur le ponton avec son père. Son cousin dont le destin tragique m’interroge (pourquoi n’ira-t-elle pas le voir?). Et puis ce grand-père Connor et cet Oncle Dan qui chante tous ces chants patriotiques irlandais (protestants ou catholiques) et donne des petits noms irlandais à Vanessa. On sent ici le besoin de ces immigrants (deuxième et troisième génération) de retrouver leurs racines.

J’avais en tête un style et j’avais raison, Margaret Laurence possède une écriture fluide, très agréable à lire, un peu trop « classique » à mon goût mais le roman fut publié en 1970. Margaret, dont le véritable nom était Jean, surnommée Peggy, a donc pris le prénom de sa tante comme nom de plume. Sans doute voulait-elle remercier celle qui lui ouvrit la voie de la littérature, chose rare à cette époque ! La Dépression aura eu bien des vies mais aura aussi permis de développer l’imaginaire de cette petite fille canadienne devenue une très grande dame. J’ai dorénavant envie de lire ses autres romans et retrouver Manawaka.

Et de voir des suisses, des buissons de castillèje et un carrouge ! (clin d’œil à mes amis québécois) et d’écouter le huard (d’ailleurs je ne résiste pas à mettre un lien vers une vidéo, et effectivement c’est spectaculaire!)

♥♥♥♥♥

Editions Joëlle Losfeld, A bird in the house, trad. Christine Klein-Lataud, 198 pages

Challenge Canada pour le territoire du Manitoba

Canada-map-with-flag

10 commentaires
0

Vous pourriez aussi aimer

10 commentaires

Marie-Claude mars 1, 2016 - 2:08

Ça me rappelle qu’il faudrait bien que je reprenne aussi la route du Canada!
Raconté ainsi, je sais à peu près tout de cette histoire! Je ne l’ai pas terminé, ce roman! Margaret et moi, ça n’a pas cliqué. La faute au style. Tu poursuivras avec les autres tomes?
Pour ma part, j’ai choisi un autre roman pour le Manitoba, à paraître.

Reply
Electra mars 1, 2016 - 3:03

Ah bon ? Moi j’ai trouvé ça de facture plutôt classique mais l’histoire reste agréable et plutôt positive et puis on a vraiment un aperçu de la vie pendant la Dépression et de ces premières ou secondes générations d’immigrants.
Peut-être, l’un d’eux m’intéresse (celui du vieillard), et puis l’idée d’une même ville .. Mais bon à voir si je le déniche quelque part, car de ce côté de l’océan, elle est peu connue !
Oui, la route du Canada – tu es toujours fourrée chez ton voisin 😉

Reply
Marie-Claude mars 3, 2016 - 2:31

Trop classique, justement.
Tu me dis le titre de celui du vieillard?
Pas si toujours fourrée chez mon voisin! Je reste aussi dans mes plates-bandes, ces temps-ci!

Reply
Electra mars 3, 2016 - 10:26

Je file voir ton blog alors ! Oui, je vois que de toute façon, tu ne peux pas aller bien loin avec toute cette neige qui entoure ta maison ! J’ai montré tes photos à mes collègues ce matin d’ailleurs 😉
En fait, c’est une vieillarde (Hagar.. le prénom m’a trompée) il s’agit de L’ange de Pierre !

Reply
keisha mars 1, 2016 - 3:00

Connais pas du tout! Il y a beaucoup d’expressions québécoises dedans?

Reply
Electra mars 1, 2016 - 3:01

Non, elle est Canadienne anglophone et la traduction est française. Donc pas de souci !

Reply
Jerome mars 2, 2016 - 12:45

Mouais, je n’ai pas spécialement envie de précipiter sur ce coup-là 😉

Reply
Electra mars 2, 2016 - 2:07

Oui je te comprends – c’est plaisant à lire mais ça n’a pas de piquant 😉

Reply
Océane mars 2, 2016 - 4:27

Voilà un auteur inconnu pour moi, il va rejoindre la liste des découvertes à faire !

Reply
Electra mars 3, 2016 - 10:27

Un auteur majeur au Canada (au même titre que Munro), classique mais qui permet de mieux connaître l’histoire du Canada (en tout cas pour moi …)

Reply

Saisissez votre commentaire