Un océan d’amour

janvier 6, 2016
Un océan d’amour

C’est dans le cadre du challenge Prix BD Cézam 2016 que j’ai eu l’opportunité de découvrir cette bande-dessinée, que j’avais déjà vu à maintes reprises sur les blogs tout au long de l’année.

J’avoue que j’ai lu cette bande-dessinée avant les congés de Noël et même si il se dégage aujourd’hui de bons souvenirs, cette histoire ne m’a pas tant marquée que ça, même si je la trouve attachante et touchante.  Mais peut-être qu’en écrivant ces mots, mon avis évoluera. Wilfrid Lupano a signé un scénario sans faille nous contant les mésaventures de ce pêcheur breton, perdu en mer et qui va découvrir que son épouse, avec ses habitudes qui l’énervaient autrefois, lui manque beaucoup. Son seul et unique compagnon de voyage sera une mouette et le voilà transformé en globe-trotteur malgré lui, avec comme seul repas : des boites de sardines qu’il déteste.

un ocean damour 04

De son côté, son épouse, loin de croire son mari à jamais disparu, va elle même bouleverser son quotidien et partir à la recherche de son bonhomme, chose rare à l’époque. La particularité de cette bande-dessinée est qu’elle, comme Lupano le dit lui-même « Garanti sans dauphins, sans textes ni onomatopées. Peut contenir des traces de pictogrammes. » Ainsi, point de dialogues mais le dessin de Panaccione suffit à transcrire toutes les émotions des personnages. Nul besoin de dialogue lorsque le dessin est si bon.

Si je n’ai pas ressenti de gros coup de cœur, comme ce fut le cas pour d’autres bandes-dessinées ou romans graphiques, il n’en reste pas moins que j’ai trouvé l’histoire touchante et rigolote et le dessin très réussi. J’adore sa manière de dessiner les visages, le personnage principal, force est d’avouer, possède ainsi un visage exceptionnel !

un ocean damour 06

 

Éditions Delcourt/ collection Mirages

 

 

 

 

8 commentaires
0

Vous pourriez aussi aimer

8 commentaires

keisha janvier 6, 2016 - 5:28

Lu, bien sûr (ma bibli a fait le job), mais le billet attends des copains pour le compléter (d’autres BD)

Reply
Electra janvier 6, 2016 - 7:34

ah ! en fait, j’ai décidé de regrouper aussi mes lectures BD en un seul billet, sinon ça fait trop – excepté pour les gros coups de coeur !
Celui-ci datait …

Reply
jerome janvier 6, 2016 - 9:14

Moi j’ai adoré. C’est un tour de force incroyable de raconter une telle histoire, de dégager autant d’amour et de poésie sans le moindre mot !

Reply
Electra janvier 6, 2016 - 11:23

C’est vrai que la trombine du bonhomme et toute cette poésie, sans dialogues, c’est fort ! Je suis à court de BD…

Reply
gambadou janvier 7, 2016 - 10:45

Beaucoup aimé aussi, les émotions de la femme, la tête du mari mais aussi la prise de conscience des conséquences de la pêche industrielle.

Reply
Electra janvier 7, 2016 - 7:31

Oui et sans dialogue – le dessin est excellent

Reply
Hélène janvier 7, 2016 - 11:18

Ah bah mince, pas de coup de coeur ? J’ai beaucoup aimé !

Reply
Electra janvier 7, 2016 - 7:32

Disons que j’ai vraiment aimé ma lecture mais il m’a manqué quand même quelque chose que je n’arrive pas à désigner mais je reconnais que le dessin est superbe, surtout le bonhomme et puis la mouette 😉

Reply

Saisissez votre commentaire