Tamara Drewe

tamara drewe bdDans ma conquête du genre bédéesque, je me suis précipitée sur le roman graphique de Posy Simmons, Tamara Drewe quand j’ai vu l’exemplaire disponible à la BM. Tamara Drewe, jeune journaliste londonienne, décide de retourner chez elle, dans un très joli village du Dorset où elle a hérité de la maison de sa mère, récemment décédée. La jeune femme a eu son nez refait et possède dorénavant une plastique impeccable. Sa beauté ne va laisser personne insensible, surtout du côté de chez sa voisine, la sensible Beth Hardiment. Celle-ci gère un cottage qui accueille en résidence des écrivains de toutes nationalités. Son époux, Nicholas Hardiment est un célèbre auteur de romans policiers qui adore courir les jupons. Beth a engagé Andy, un ami d’enfance de Tamara pour l’aider à tenir la propriété. Mais l’arrivée de Tamara chamboule tout….

Je dois d’ores et déjà avoué que j’avais vu l’adaptation cinématographique de Stephen Frears, sortie en 2010 avec Gemma Arterton dans le rôle de Tamara et le beau Luke Evans dans le role du jardinier Andy. Et même si ça remonte à cinq ans, toutes les images me sont revenues et j’avoue, qu’étrangement, j’ai préféré le film au roman graphique. Pourquoi ? Je l’ignore – Posy Simmonds a écrit pour moi un roman très proche de la pièce de théâtre (entre la chambre de Tamara, celle de l’adolescente et le cottage, il y a peu de décors). Les personnages sont tous succulents et on s’amuse beaucoup. J’avais beaucoup aimé le film et au fil de ma lecture, j’avais envie d’abandonner le roman pour aller revoir l’adaptation. 

Le film est fidèle au roman – même si j’ai trouvé plus drôle la scène de la mort du romancier dans le film (et son côté absurde) que dans le livre. J’avoue aussi que les deux adolescentes fan du petit ami rocker de Tamara m’ont peu intéressées. Etaient-elles moins présentes dans le film ? Je ne sais plus. J’adore le personnage de Tamara – joli brin de fille un peu trop libre, surtout dans un si petit village !

Tamara Drewe

Moi qui ai beaucoup aimé l’adaptation ciné du roman de Thomas Hardy, Loin de la foule déchainée, j’ai seulement appris aujourd’hui que c’était aussi le nom du cottage dans la bande-dessinée. 

Pour ceux qui n’ont ni lu le roman graphique, ni vu le film – je leur conseille de commencer par la bande-dessinée. Connaître l’histoire m’a sans doute quelque peu perturbé ! 

10 thoughts on “Tamara Drewe

  1. J’étais passée complètement à côté. Le dessin est pas mal du tout, et l’organisation graphique semble on ne peut plus originale. Pour le scénario, je sens que ça va beaucoup me plaire.
    Et hop!, sur ma liste. Je reprends mes vieilles habitudes de notation après mon passage chez toi!

    1. Celle de Luchini, c’est celle inspirée de Bovary, non ? C’est la même actrice mais pas la même histoire (enfin je crois).
      J’ai lu deux autres BD depuis dont une que j’ai adorée – je suis en retard sur mes billets !

  2. Je l’ai feuilleté plusieurs fois sans jamais me lancer. Je trouve la mise en page surchargée, croulant sous un texte bien trop envahissant. Une erreur d’appréciation sans doute 😉

    1. Je suis d’accord avec toi sur la forme et les encarts de texte sont plutôt long alors que c’est supposé être un roman graphique …mais par contre le dessin est sympa, comme l’histoire ! Même si moi au final je préfère le film 🙂 (l’ayant vu avant)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>