Ils me font de l’oeil…

 
Copyright Tessa
 
La parution du dernier numéro de LIRE avant l’été, celle du magazine L’ŒIL, les réseaux sociaux, les sorties en librairie … Vous saisissez ? Vous voilà soudainement l’objet d’attention de la part de ces objets étranges que sont les livres. Ils sont partout et ne cessent de venir croiser votre route. Préméditation ? Envoûtement ? Complot ? Ils surgissent ci et là, vous offrent leur plus beau visage et vous invitent à venir les regarder de plus près.
 
Voici une sélection de livres qui me font envie ….Serais-je assez forte pour résister à leur appel ? Car ils sont pires que des sirènes  ! Si vous aussi vous avez des livres qui vous poursuivent … dénoncez-les dans les commentaires 😉


Quand je vous parlais de séduction.. Comment résister à cette couverture ? J’ai fait un tour rapide (sans craquer) en librairie il y a une semaine et je tombe sur ce visage – j’ai pensé immédiatement au héros d’Elephant, le film de Gus Van Sant (un de mes réalisateurs fétiches).

Puis j’ai lu la quatrième de couverture :

Vermont, 1987. Jude et Teddy trompent l’ennui en fumant de l’herbe, tous deux rêvant d’une vie plus palpitante. Jusqu’au jour où un terrible drame les sépare. A 16 ans, Jude perd son meilleur ami. Il part alors rejoindre son père à New York et découvre cette ville immense et surtout le straight edge, un courant punk radical. Flirtant avec Gus Van Sant (je le savais !) et Larry Clark, Eleanor Henderson brosse un portrait universel de l’adolescence éperdue. Un premier roman magistral, et bouleversant. 

Eleanor Henderson, Alphabet City, 10/18, 500p., 9,10€




Un recueil de nouvelles qui me fait du gringue ? Quelle surprise!  Pas étonnant me connaissant. Encore un américain, de 31 ans, David James Poissant, qui selon le magazine Lire vous frappe de plein fouet avec ses quinze histoires dans Le paradis des animaux


« David James Poissant surprend et émeut à chaque coup. Ses nouvelles sont des uppercuts qui vous laissent K.O. Epaté par tant de maîtrise dans l’étude de l’âme humaine et de ses démons » nous dit Alexandre Fillon. C’est marrant, ça me fait penser à un certain jeune auteur canadien 😉

Je me tâte cependant pour me le procurer en anglais.

David James Poissant, Le paradis des animaux – Albin Michel, 352p. 25€
 


Le magazine Lire a réussi à me faire craquer pour le récit de Cédric Gras, écrivain géographe, arpenteur, baroudeur érudit qui voue une passion à Vladivostok.

Le jeune homme décide de relier deux villes, Yakoutsk et Vladivostok et parcourir ainsi l’Extrême-Orient russe, de l’été indien au froid polaire. Stock nous dit qu' »il dialogue avec les fantômes de l’épopée tsariste, trinque avec les derniers du progrès soviétique, et raconte la Russie pacifique contemporaine.« 
Toujours ce même Alexandre Fillon (un signe?) nous dit qu’il « grimpe à bord de camions, marche, déambule (…), prend un avion, fait du stop. Il cherche à gagner le fleuve Amour, se retrouve en rade à Nikolaïvesk où il voit les plus beaux crépuscules de sa vie ».

Alléchant, non ? Loin du genre de livres que j’ai l’habitude de lire, mais quelle épopée 😉 

Cédric Gras, L’Hiver aux trousses – Stock, 216 p. 19,50€



Je suis une grande fan de Christopher Moore, un génie américain dont je ne cesse de prêter les livres …

Donc quand je vois qu’il s’attaque au Paris des Impressionnistes avec son Sacré bleu  je ne résiste pas ! Toulouse-Lautrec, Van Gogh … Moore nous embarque encore dans une épopée délirante, avec toujours une touche de fantastique et de la gaieté, de la couleur !! Je n’en dis pas plus, car le nom de l’auteur a suffit de me convaincre 😉
1890. Vincent Van Gogh est assassiné à Auvers-sur-Oise par un mystérieux dealer de bleu, « l’Homme-aux-Couleurs ». Toulouse-Lautrec mène l’enquête..  Il coûte cher le loustic, je vais devoir supplier une bonne âme !

Christopher Moore, Sacré bleu – Les Equateurs, 480p. 23,50€
 
 

C’est dans le magazine d’art, l’Oeil, Spécial Eté, que j’ai découvert leur sélection de livres de l’été et cet étonnant polar qui commence par le vol du fameux carré rouge de Malevitch chez un collectionneur parisien. Son récit va nous emmener tout à tour dans le Moscou de Staline, Londres et Berlin.
D’ailleurs, entre la période, les pays qui m’attirent déjà beaucoup, je craque aussi car au centre de ce roman noir on retrouve l’oeuvre et le destin tragique de ce peintre immense (j’adore!) Kazimir Malevitch, qui va décéder à Leningrad en Union Soviétique en 1935. Bref, des voleurs, des espions, des meurtres, la Russie des années 30 et un artiste peintre, je saute dessus !

Le livre est publié chez Cohen&Cohen, dans la collection ArtNoir. J’avoue que je découvre cette maison d’éditions qui publie ici « la première et la seule collection au monde entièrement consacrée aux thrillers se déroulant dans le monde de l’art : meurtres de peintres, aventures autour d’un tableau disparu, faussaires assassins, tous les thèmes en rapport avec le microcosme artistique sont adéquats » dixit Adam Biro qui n’est autre que l’auteur et l’éditeur de ce roman ! 

Adam Biro, Cadavres noirs sur fond rouge – Cohen&Cohen, 168 p. 16€



 

C’est le deuxième opus, à paraître, qui me fait de l’oeil. Mais comme le personnage est le même, j’avais demandé le premier à mon anniversaire, malheureusement je n’ai pas été entendue. Je ne peux pas ne pas en parler car j’adore le journalisme d’investigation (ne vous ai-je pas parlé d’une de mes films préférés avec Crowe ? Ah si, dans mon autre blog). Bref, ce thriller politico-historique qui se déroule entre Glasgow et Belfast irait bien dans mon programme de la rentrée, non ?

Gerry Conway, responsable de la rubrique politique au Tribune on Sunday de Glasgow, désespère de trouver un sujet digne de ce nom, en cette période de vacances parlementaires, quand il reçoit l’appel d’un correspondant anonyme, détenteur de révélations sur Peter Lyons, jeune politicien flamboyant promis au poste de Premier ministre. L’inconnu lui remet une photographie où l’on aperçoit Lyons, jeune, au milieu d’un groupe de paramilitaires unionistes en armes : les Nouveaux Covenantaires. Très vite, Conway comprend qu’il tient là plus qu’un scoop : un séisme politique. 

Liam McIlvanney, Les couleurs de la ville – Métailié Noir, 304 p., 21€ 
Voilà ! Vous aurez remarqué que certains sont déjà sortis il y a longtemps, d’autres sous d’autres formats, mais loin de la rentrée littéraire, juin chez moi signifie transat, hamac, parc, plénitude et lecture ! Certains vont probablement trouvés le chemin de la maison mais je ne dirais pas non à des partenariats pour certains ! Je plaisante (quoique ….)  En attendant, deux feront certainement partie de ma sélection automnale ou de ma liste au Père Noël 😉
 
Et vous, des livres qui viennent hanter vos nuits ? Avec leurs petits yeux perçants ??! 

16 thoughts on “Ils me font de l’oeil…

  1. Je dois admettre qu'il n'y a pas de livre qui me fait de l'oeil, plus que ça… même si j'ai une assez grosse WishList. Mes lectures estivales seront improvisées. Ce serait bien – néanmoins – que je vide ma PAL. J'ai aussi décidé de m'attaquer à l'oeuvre de Shakespeare, donc…ce sera surement l'occasion de le faire devant la piscine – tout un concept!

  2. quel concept fort intéressant ! Moi je retrouve à croiser souvent les mêmes livres.. Un véritable exercice d'arriver à leur échapper !
    Ta petite PàL de vingt livres ? je serais quand même curieuse de voir ce qui s'y cache !

  3. Je me laisse porter, en fait… Actuellement je lis Berezina (Tesson) et il voyage avec Gras (d'où les bouquins de Gras…)(à emprunter à la bibli)

  4. Aha, un exercice avec lequel on échoue souvent…. 😉
    Oh, on y croise du John Irving (2), du Malraux, du Hugo, Un Chattam qui y'est depuis x années, Entre autre. Je viens de compter, j'en ai 18 !

  5. Ces temps-ci mes nuits sont assez courtes et peu reposantes alors pas grand chose d'autre que la quête de sommeil ne les hante…
    J'ai une grosse liste de livres que j'aimerais lire et je note à côté ceux que je considère comme étant plus urgent. Je vais commencer par avancer un peu ma pile qui trône sur la table… j'ai moins lu que j'en aurais eu envie depuis 2-3 semaines.
    Par contre je serai preneur de ton avis sur Le paradis des animaux si tu le lis. Je l'avais noté il y a un bout de temps.

  6. oh la plus petite PàL au monde 😉 Et un bon mélange, j'ai aussi ces auteurs qui m'attendent sauf pour Chattam – bizarrement je n'ai jamais réussi à lire un de ses romans !

  7. ton message arrive enfin ! Je comprends, moi avec cet examen je n'arrivais plus à lire et l'esprit ailleurs fait que je viens de passer une semaine pour avancer sur un seul livre, assez frustrant ! Mais j'espère que le sommeil va revenir et que tu pourras retrouver un rythme normal !

    Pas de souci pour le Poissant, je pense le lire mais pas tout de suite 😉

  8. Je n'ai pas encore terminé ma lecture du dernier LIRE. Je le savoure ^^
    Mr K a lu Le paradis des animaux et il a vraiment adoré 🙂

  9. Si tu choisis "le paradis des animaux" fais moi signe, il est dans ma pal on peut se faire une LC.. Je n'ai pas été enthousiasmée par "l'hiver aux trousses", je lui ai trouvé des longueurs !

  10. Oh tu l'as lu ? C'est bien d'avoir les avis des autres. Oui, on peut se prévoir une LC ! Il faut que je l'achète par contre ça serait plus pour le mois d'août ?

  11. Le Poissant? Lu, terminé et digéré… Assez déçue… Billet à suivre. Si on habitait proche, je te le refilerais pour éviter que tu ne l'achètes.

    Maintenant que mon ordi est revenue à la vie, je dois m'atteler à mes billets en retard!

  12. Voilà un très beau programme, miss Electra. Tu me sors encore des sentiers battus!

    Mon programme a moi a pris une étrange tournure. Deux abandons, un bof, et trois livres lus. Quatre jours sans ordi, sans travail, avec la sauterelle en camp musical, j'ai pu lire tout mon soul!

    À mon tour d'avoir besoin d'une traduction! " me fait du gringue " signifie…?

  13. Oh oui, tu as du travail en perspective ! Voir ton blog descendre de jour en jour dans ma blogroll m'a fait tout drôle 😉

    Oh mince alors, il est cité un peu partout en ce moment, donc je vais peut-être voir s'il est dispo pas cher quelque part. Hélène et moi avons donc hâte de lire ton billet 😉

  14. Deux abandons ?! Je viens de préparer mon bilan et une chance aucun abandon, quelques lectures "moyennes" mais pas de déception. Bon dans les trois livres, des coups de coeur j'espère ?? Sympa pour ces jours sans ordi sans bruit ! Moi j'ai profité de trajets en train pour lire énormément ! Le pied 🙂

    Me faire du gringue : me fait de l'oeil, m'attire, me plaît (et également ce type me fait du gringue : ce type me drague)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>