Rouge comme neige

 C‘est donc toujours dans le cadre du challenge Prix BD Cézam 2015 que j’ai reçu ce roman graphique signé Christian de Metter. Je connais peu cet auteur sinon qu’il a adapté en version graphique Shutter Island ou Scarface. J’étais ravie pour deux raisons : l’épaisseur du roman graphique (110 pages) et le thème : un western. J’adore les westerns sous toutes les formes possibles (Lisez Lonesome Dove !). 
Voici le lecteur plongé en 1896 au Colorado. La veuve MacKinley élève seul son fils après la mort de son époux George à la bataille de Wounded Knee et la mystérieuse disparition de sa fille Abby peu de temps après. Un jour, elle reçoit la visite d’un homme qui lui on annonce la prochaine tenue du procès d’un ancien soldat accusé d’avoir tenter de kidnapper un petit garçon. La veuve s’y rend accompagnée de son fils adolescent et armée d’un revolver car elle craint la ville. L’accusé, Buck Macfly reste totalement passible le jour de son procès qui le condamne à la pendaison. Le soir même, un homme vient chercher la veuve et son fils car Macfly souhaite lui parler avant son exécution : il possède le médaillon de sa fille Abby et lui promet qu’il lui qu’il l’emmènera à elle à condition qu’elle le libère. Commence alors une cavale désespérée pour la mère et son fils …….
J’ai beaucoup aimé le dessin – le choix de cette teinte un peu passée (proche du sépia), le détail apporté aux visages (de beaux visages pour une fois, travaillés et expressifs) et l’univers de ce roman graphique. J’ai été rapidement embarquée dans l’histoire et je me suis attachée aux personnages. Ici pas de sentimentalisme, les hommes sont durs et violents et les femmes doivent ne compter sur personne. 
Ma seule déception vient du fait que je l’ai lu en à peine 15 minutes – décidément trop court pour moi. Un autre bémol fut peut-être la fin de l’histoire – ou alors est-ce une volonté de l’auteur mais je suis un peu restée sur ma faim. J’ai tourné la page suivante en croyant découvrir la suite mais c’était une page blanche. L’ histoire était terminée (ceux qui l’ont lu comprendront que la fin est ouverte et donc on peut l’interpréter de plusieurs manières). 
Mais sinon, j’ai eu vraiment du plaisir à lire ce roman graphique, à me replonger dans un western et à admirer le coup de crayon de Christian de Metter. 
N’hésitez pas à vous procurer ce roman graphique si vous le croisez dans votre bibliothèque ou librairie. 
Ma note : 9/9

4 thoughts on “Rouge comme neige

  1. Je ne suis pas une pro des romans graphiques (je me plains toujours de leur petite taille) mais celui-ci m'a vraiment plu et surtout a réussi à m'embarquer à une époque que j'adore (les western). J'espère qu'il te plaira 😉

  2. Je lai lu pendant les dernières vacances de Noël. Je suis d'accord avec toi, il y a un goût de trop peu à la fin mais ça reste un très bon western.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>