Little Bird de Craig Johnson

Si vous aimez les grands espaces américains, la culture amérindienne, l’Ouest sauvage et une écriture maitrisée, alors vous serez conquis par les romans de Craig Johnson.
Laissez-moi vous présenter le premier roman des aventures du shérif Walt Longmire, dont vous pouvez trouver les romans dans la collection Totem de Gallmeister.
La vie de Craig Johnson est aussi passionnante que ces personnages – il a été policier, pêcheur professionnel, charpentier et prof de fac. Il vit aujourd’hui dans les Bighorn Mountains (Wyoming) où il possède un ranch. 
 
Ayant vécu dans le Montana, et ayant eu la chance d’aller plusieurs fois dans l’état voisin du Wyoming – je suis jalouse. 
 
Little Bird vous présente le personnage fétiche de Craig Johnson : Walt Longmire, shérif du comté d’Absaroka. L’homme, veuf depuis peu, père d’une jeune femme prénommée Cady, avocate à Philadelphie, aspire à prendre sa retraite après une bonne vingtaine d’années de bons et loyaux services lorsque le corps d’un jeune homme, Cody Pritchard est retrouvé près de la réserve Cheyenne. 
 
Le meurtre du jeune homme intervient deux ans après sa condamnation avec sursis (avec trois autres adolescents) pour le viol d’une jeune indienne, Melissa Little Bird. Le jugement si clément avait avivé à l’époque les tensions entre les deux communautés. Walt, aidé de son meilleur ami, Henry Standing Bear (lui-même Cheyenne) et oncle de la victime, vont tenter de stopper le meurtrier avide de vengeance, dans une course poursuite à travers les étendues des hautes plaines du Wyoming alors qu’un violent blizzard s’installe.

 
Le roman présente les divers personnages que le lecteur pourra retrouver dans les autres romans de Craig Johnson : le très subtil et bel homme Henry Standing Bear, la jeune adjointe Vic Moretti, venue tout droit de Philadelphie et Cady, la fille de Walt.  Tous des personnages très attachants. 
Mais surtout le roman sait présenter au lecteur la difficile cohabitation, au vingt-et-unième siècle des indiens et des blancs. Ayant vécu au Montana, je traversais souvent une réserve et me rendais dans une autre, et j’ai pu voir les conditions de vie des tribus (qui n’étaient pas Cheyenne) et les tensions qui perduraient entre les communautés. Le racisme est toujours présent et les disparités sont flagrantes. Craig Johnson n’invente rien mais sait passer d’un monde à l’autre, sans jamais manquer de respect à l’une ou l’autre.

 


Les romans de Craig Johnson ont fait récemment l’adaptation à la télévision d’une mini série intitulée Longmire. Si elle n’est pas entièrement fidèle au roman (ainsi l’adaptation de cette histoire en particulier n’a plus grand chose à voir avec le livre), elle est quand même fidèle à l’esprit du romancier, fidèle aux personnages de Longmire et de Moretti et à l’amitié entre lui et Henry Standing Bear, interprété magnifiquement par le très séduisant Lou Diamond Philipps.  Si vous êtes curieux, j’en ai déjà parlé ici. 
 
Si vous êtes intéressée, je vous annonce d’ores et déjà que cinq autres aventures du shérif sont disponibles chez Gallmeister : Le camp des morts, l’indien blanc, les enfants de poussière, Dark Horse et Molosses. 
 

2 thoughts on “Little Bird de Craig Johnson

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>