Lectures printanières

Ma petite sœur, contrairement à moi, n’est jamais tombée dans la marmite des livres quand elle était petite, et jusqu’à peu, elle n’avait pas lu plus d’une dizaines de livres dans sa vie. Évidemment, je tentais depuis quelques années de la convertir à cette religion, sans trop de succès. Et miracle, depuis peu, elle lit, et je le répète : elle lit des livres, car elle a toujours lu beaucoup de bandes-dessinées mais les livres la rebutaient (ma sœur adore écrire par contre, amusant, non ?).
Elle a commencé par Weber et ses fourmis, puis deux romans d’amour (adaptés au cinéma), qu’elle n’a pas beaucoup aimés d’ailleurs, puis deux autres romans, offerts par mes soins. J’ai donc eu l’idée de lui faire découvrir la spécialiste des livres courts : Amélie Nothomb. Je lui ai prêté Stupeurs et tremblements, et elle a adoré ! Le ton incisif, le style de l’auteur. Je compte lui prêter d’autres romans, mais j’ai décidé de profiter de son anniversaire pour lui offrir L’hygiène de l’assassin. J’en ai profité pour le relire, et j’ai réalisé que son dernier livre (reçu à Noël), Barbe Bleue était lui aussi un conte où l’ogre veut croquer le petit Chaperon rouge.
A noter que ma sœur, qui a adoré comme moi, le film d’Anne Fontaine, Perfect mothers a acheté et lu la nouvelle de Doris Lessing. Elle me l’a ensuite prêté. (NB : si le film s’inspire des personnages de la nouvelle, cette dernière n’a pas du tout la même vision de cette histoire d’amour que la réalisatrice française). 

Je dois réfléchir à d’autres livres qui lui plairont, il faut bien débuter la lecture pour ensuite pouvoir se lancer dans des pavés.
Et parce que ma sœur adore les chats (elle en a 4!), j’en profite pour lui offrir le dernier livre de Michel Plée, Vivre vieux et Gros

Sinon, je pense que je n’ai jamais mis autant de temps à finir un livre, qui pourtant à la lecture me plaît (tout en me déroutant un peu), je veux parler de L’échec de James Greer.  Encore quarante pages, et je dirais au revoir à ces personnages farfelus, légèrement dérangés qui offrent une vision de l’Amérique vraiment décalée ! 

J’ignore si quelqu’un l’a déjà lu, la forme est atypique : chaque chapitre aborde un moment particulier, précédent ou suivant le fameux braquage du comptoir de change coréen de Los Angeles. Les braqueurs sont deux (enfin trois) personnages, comment dire, complètement timbrés, Ed et Billy qui aiment passionément philosopher sur leurs vies, tout en agissant à l’opposé. Des losers qui aiment la métaphysique. J’ai eu parfois envie de lâcher le livre, car certains dialogues me laissent pantois, mais finalement je me suis attachée à ces losers des temps modernes. 
Enfin, quelques nouvelles de ma petite saucisse (qui tire la langue sur la photo) – elle a trouvé en la personne de Vanille, un merveilleux compagnon de sieste – évidemment dès son réveil, ma petite saucisse passe à l’attaque et adore mâchouiller les oreilles du chat (qui lui aime beaucoup moins). 


  

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>