Qui a peur du grand méchant livre ?

Repéré chez Marie-Claude mais venant de chez Fanny des Pages versicolores ,  j’ai eu envie de me prêter au jeu également ! Le principe est simple, citer cinq gros pavés (« épeurant » comme le dit Marie-Claude) de plus de 600 pages et cinq petits romans coups de cœur de moins de 200 pages. Marie-Claude dérogeait un peu à la règle en ajoutant deux catégories :  « cinq pavés que je ne lirai jamais » et « cinq pavés coups de cœur ».

Et moi je vais encore déroger – d’abord en trouvant que 600 pages, ben c’est peu ! J’avoue : j’adore les pavés et en préparant ce tag, j’ai trouvé des tas de titres que j’adore et me limiter à 5, quelle torture ! Pareil pour les moins de 200 pages : j’ai tendance à fuir ce genre de livres et tous ceux que je trouvais « petits » font en fait plus de 300 pages .. puis je me suis dit : les nouvelles, ça marche aussi, non ? et là la solution fut toute trouvée !

Pour revenir à la « taille » d’un pavé, j’ai même lu ci et là sur la toile que certains citaient Dalva ! 471 petites pages …. non mais !

5 PAVES ÉPEURANT

City on fire – Garth Risk Hallberg
992 pages – acheté à la rentrée littéraire de janvier, plein d’entrain. Puis j’ai lu l’avis de Marie-Claude, qui si mes souvenirs sont bons, lui auraient bien arrachés quelques centaines de pages. Il m’attend sagement. Je prépare ma hache.

La guerre et la paix – Léon Tolstoï
1572 pages ! Ce qui effraie Marie-Claude m’attire ! Il faut dire que je connais l’histoire, j’ai vu plusieurs fois l’adaptation télévisuelle et puis il trône chez moi depuis mon adolescence.

Les frères Karamazov – Fiodor Dostoïevski
915 pages – Étudié à la fac de russe – j’avais commencé ma lecture mais le manque de temps… Déjà inscrit à l’un de mes programmes de lecture, emporté avec moi en voyage d’affaires, et non, il me résiste. Mais pas pour longtemps, surtout que j’adore l’écriture de son maître ! (cf. mes pavés ♥ )

Anna Karénine – Léon Tolstoï
1024 pages – Je peux réécrire au mot près la même chose : je connais trop bien l’histoire, vu enfant à la télévision, puis au cinéma … J’ai lu les nouvelles de ce cher Léon mais bizarrement ses pavés, non. Il faut changer cela.

The Luminaries – Eleanor Cotton
848 pages – Acheté lors de mon séjour au Québec – je l’ai laissé chez Marie-Claude vu que ma valise explosait et son poids était trop indécent !

5 PETITS ROMANS

The catcher in the rye – J.D Salinger
Je tenais dans mes mains hier après-midi la version française (même couverture vendue à 6 €) et j’ai commencé à lire quelques passages, et me voilà de nouveau attrapée ! Pourtant, je ne l’ai jamais lu qu’en anglais. Mais je vais craquer !

Harold et Maude – Colin Higgins
Je connaissais le film avant d’avoir déniché le roman en bouquinerie. L’un comme l’autre sont magnifiques même si l’histoire d’amour peut surprendre. Un petit bijou de 146 pages.

Franny and Zooey – J.D Salinger
Je sais .. j’ai failli aussi y ajouter l’autre recueil consacré à la famille Glass mais il faisait 266 pages .. que voulez-vous que je vous dise ? Je suis obsédée à jamais par cette famille. J’avais bien choisi trois autres romans mais j’ai pas pu…

En attendant Bojangles – Olivier Bourdeaut
La surprise nantaise 2016 ! Un livre plein de poésie et un très bel hymne à l’amour de 160 pages en plus – ouf je respecte le défi des moins de 200 pages.

Nine stories – J.D Salinger
Si le message ne passe pas .. Bon, 208 pages mais la majorité des nouvelles sont singulières, seules trois font référence à la famille Glass. Je l’ai relu cet été à Montréal – Marie-Claude a pu noter à quel point j’étais encore bouleversée 😉

 5 PAVES QUE JE NE LIRAI JAMAIS

NB : oui, Marie-Claude j’y glisse une de tes prochaines lectures – sinon je ne me fais pas d’illusion pour Ulysse, HP ou Proust. J’ai tenté Le Cercle de la Croix il y a quelques années, trop nébuleux ….

5 PAVES COUP DE CŒUR

Oops .. J’aurais pu ajouter Le Prince des Marées de Pat Conroy et encore bien d’autres mais ce qui me frappe ici, c’est que j’y retrouve mes livres préférés de tous les temps : Lonesome Dove, Le Seigneur des Anneaux (lu les 1184 pages en une nuit), Les mille et une vies de Billy Milligan dont je vous parle à chaque tag et enfin L’idiot de Dostoïevski – une merveille ! Un clin d’œil au passage à Fanny qui la mit dans ceux qu’elle doit encore « affronter » !

A vous de jouer !

L’award de l’été

Je ne pensais pas répondre à un questionnaire mais Fanny (Mes pages versicolores) m’a taguée et je l’en remercie!

Je me lance à mon tour dans ce tag où il s’agit d’écrire d’écrire 7 faits me concernant (c’est très libre, on mentionne ce que l’on veut nous dit Fanny) et de passer le relais en fin de tag.

Et de mettre la photo, j’imagine qu’il s’agit du logo ?

logoaward2

◊ 1 – Le nom de mon blog  ◊ 

Pour ceux qui (rares ils sont), n’ont aucune idée d’où vient le nom de mon blog « Tombée du ciel », il vient d’un livre pour enfant qui m’a beaucoup marqué, signé Henry Winterberg (collection Rouge en Or) où il est question d’une petite fille, prénommée Mo, tombée de la planète Astra et que des enfants vont protéger le temps que sa famille vienne la chercher. Le hasard a voulu que Craig Johnson publie une nouvelle du même titre au moment où je créais ce blog et puis j’ai eu parfois vraiment l’impression d’être tombée du ciel à certains moments de ma vie  🙂

◊ 2 – Mon voyage éléphantesque  ◊ 

J’ai eu la chance de travailler dans un refuge pour animaux sauvages en Thaïlande – une centaine d’espèces sont présentes mais j’étais en charge des éléphants (7 à l’époque, ils ont doublé depuis) et de singes, loutres, perroquets, etc.  Une expérience magique et qui m’a marqué à vie.  L’éléphant la plus caractérielle s’était attachée à moi (et à mes bananes vertes cachées dans mon tee-shirt). Depuis, elle a enfin réappris à vivre avec ses congénères. Et moi aussi !

Je suis passionnée par la nature, et j’ai besoin d’être à son contact tous les jours. J’ai la chance de travailler au bord de l’eau et d’avoir vu il y a encore quelques semaines un héron se pencher, attraper un poisson, et l’avaler sous nos yeux ébahis (à moins d’un mètre de nous) pendant notre pause déjeuner. Je travaille en plein centre ville pour les curieux. J’adore aussi écouter les oiseaux chaque matin en promenant mon chien.

◊ 3 – Mon chien s’appelle Haïku  ◊ 

… et mon chat Marnie ! Pour ceux qui me suivent sur IG,  ils savent qu’elles s’entendent à merveille. Elles se chamaillent, courent l’une après l’autre mais se toilettent l’une l’autre et adorent se faire des bisous. Je ne peux pas imaginer la vie sans elle, même si parfois elles me rendent dingue.

◊ 4 –  Je suis une solitaire  ◊ 

Qui se soigne ! Mais j’adore être seule. Depuis ma naissance paraît-il. Ma mère m’a raconté que tout bébé, je me réveillais et ne pleurais pas. Je regardais mes mains, le mobile, mais que je ne réclamais pas sa présence. Dès que j’ai su lire, je me suis plongée avec ravissement dans le monde magique de la littérature. Ma photo de moi préférée enfant fut celle prise par ma professeur de CE1/CE2 – pendant la récréation, je filais lire à la bibliothèque. Je n’étais pas vraiment sociable. J’ai eu plusieurs amitiés enfant mais aucune n’a perduré. J’ai besoin de voir du monde et j’adore travailler et bavarder, mais j’ai besoin de plusieurs heures par jour où je suis seule. Je deviens très désagréable si ce n’est pas le cas – ma chance : la lecture. Elle me permet de m’isoler sans que cela agace les autres.

4Je rêve de vivre dans une contrée lointaine  ◊ 

Je suis toujours attirée par les paysages blancs, l’hiver – le froid, la neige. Mon numéro préféré de Rendez-vous en terre inconnue est tout simplement le premier avec Charlotte de Turckheim en Sibérie. Suivi par celui, toujours dans la neige de Virginie Efira. L’Alaska arrive en premier, puis la Scandinavie et enfin la campagne de la Nouvelle-Angleterre, toujours l’hiver. J’attends de voir le Québec pour détrôner ce trio.  Le plus amusant ? Je suis frileuse et allergique à la laine 😉

alaska-winter

◊ 6  –  Je rêve de pouvoir un jour vivre de mon amour des livres  ◊ 

Un autre rêve, difficile à réaliser si je vis au bout du monde (cf. point 4) ou alors la solution est de prendre soi-même la plume !   Mais je ne lâche pas l’idée. Ma tante a dit à ma mère qu’elle était surprise que je ne sois pas bibliothécaire.  Mais je me vois plus libraire.

◊ 7  –  J’adore revoir mes films préférés  ◊ 

Les enfants adorent qu’on leur raconte la même histoire (au mot près) chaque soir. Apparemment, ça m’est resté – j’adore revoir les mêmes films encore et encore. Parfois, c’est le film entier, parfois juste mes scènes préférées. J’en compte un peu moins d’une dizaine. Hier soir, par exemple – j’ai revu les scènes de cinq films – je ressens les mêmes émotions à chaque fois, même si je connais la suite, les dialogues par coeur – je ris à la même blague. Je dois être malade. Ma soeur a la même maladie ! Et ma sélection est très éclectique.

♣♣♣

Et pour les curieux, j’ai rédigé ce billet avant Marie-Claude : je rigole en voyant les petits losanges mais il va paraître après donc.. Je tague à mon tour, par ordre alaphabétique, des personnes avec qui je ressens une certaine affinité et dont je sais que j’ai encore beaucoup à apprendre et ce tag est parfait ! et évidemment quiconque a envie de participer et nous faire découvrir une vie secrète épatante comme Fanny a réussi à si bien le faire !

Eva de Tu vas t’abîmer les yeux 

Marjorie de Les mots de Marjo

Tasha de Tasha’s book 

Ou bien… ou bien .. un tag avant l’été !

La faute à Marie-Claude ! Je répondais à son billet  quand j’ai réalisé que mes réponses étaient si longues qu’elles méritaient à elles seules une chronique !  Le postulat de départ : c’est l’été ..  Je valide au vu des cinq derniers jours au soleil (26°c) maintenant il ne reste qu’à trouver le lieu idéal pour lire 🙂

dévorer un pavé OU plonger dans un roman léger

Le pavé ! En vacances, j’ai l’esprit plus libre, moins encombré et je peux donc me plonger dans des lectures plus ardues et des livres plus gros ! Les romans légers ne sont pas pour moi, d’ailleurs je ne lis jamais de chick lit, ou les livres phares de l’été (Musso, Levy …) – ils ne m’intéressent absolument pas. Je ne suis pas contre une lecture drôle mais à condition qu’elle soit bien écrite. Mon programme de lecture estivale est prêt et comporte trois ou quatre livres de plus de 450 pages dont deux bien plus gros ! Miam miam 😉

conseiller un livre OU se faire conseiller un livre

Je rejoins Marie-Claude. Je pense que les gros lecteurs finissent par choisir très bien leurs lectures – et quand ils veulent élargir leurs horizons, ils font confiance à leurs libraires ou surtout aux blogueurs qu’ils suivent et connaissent bien ! Mes amis savent que je lis énormément et donc je suis plus dans le rôle de conseil – pour l’instant, pas d’erreur monumentale. Ma mère aime bien mes choix et ma sœur aussi (et pourtant elle picore et est plutôt pointilleuse).

corner les pages d’un livre OU lui casser le dos

Je ne supporte pas les dos cassés ! J’ai récupéré deux livres en brocante dont un s’effeuillait au fur et à mesure de ma lecture (et les pages perdues n’étaient pas celles que j’avais lues) – panique totale ! Aujourd’hui, je privilégie les livres neufs – j’avoue ou des livres d’occasion en excellent état.

Pour les pages cornées, ça m’est arrivée – longtemps adolescente, c’était une habitude, depuis je collectionne les marque-pages. Je corne rarement (si pas moyen de noter une page avec un passage magnifique) mais je ne corne pas pour me souvenir de la dernière page lue, il me suffit de lire à voix le numéro de la page et ça marche très bien.

un roman avec un prologue OU un roman avec un épilogue

J’avoue : je déteste les prologues ! Je les saute allégrement – j’y retourne parfois après ma lecture pour comprendre leur présence. C’est un peu comme si j’allais au cinéma et que le réalisateur ou le scénariste venaient m’expliquer le pourquoi de leur film.. je m’en fiche ! Donc à choisir, je préfère les épilogues (qui ont le mérite de ne faire qu’une ou deux pages).

ne pas voir la couverture d’un livre avant de le commencer OU ne pas lire la quatrième de couverture avant de le commencer

Facile ! Le dernier – j’adore les couvertures de livre, j’y suis très sensible (comme pour Enon dernièrement). Il m’arrive de ne pas lire la quatrième pour un auteur que j’aime énormément ou alors j’ai déjà lu une chronique d’un blogueur. Enfin, cela doit faire deux ou trois fois que je ne suis pas d’accord avec le texte ! On vous parle de thriller, de suspense quand il n’y en a pas .. on vous dit que le personnage est important et il n’apparait qu’à la toute fin… ou alors on vous en dit trop ! Bref, comme au cinéma, la quatrième est un exercice périlleux.

un roman choral OU un roman écrit à la première personne

Là mon choix est beaucoup plus ardu ! J’ai de très mauvais souvenirs de romans à plusieurs voix. Je gardais la fille d’une amie (un nourrisson) et elle m’avait conseillé de piocher dans sa bibliothèque les fameux livres de Miss Pancol.. j’ai abandonné très rapidement : une multitude de personnages, très peu pour moi et tous survolés. Pourtant, ça peut fonctionner à condition d’avoir un très bon auteur qui sait apporter de la profondeur à chaque personnage et dont la voix est essentielle au roman (sinon pourquoi lui en donner une?).

une fin ouverte OU une fin fermée

Je préfère les fins fermées en général – bizarrement, cette question sur la fin fermée ou ouverte me fait penser au septième art où une fin ouverte ne me dérange pas (comme dans Inception par exemple).

un feel good book OU un page turner

Très facile ! Un page-turner.  Vous ai-je déjà parlé d’un feel good book ? J’ai lu un livre dans ce style il y a deux ou trois ans, quel cauchemar. Pour moi, on était proche de la psychologie à deux balles et puis je suis heureuse et je sais comment gérer mon stress – et une très bonne solution pour me détendre est un bon page-turner 😉

devoir se séparer de quinze livres OU devoir prêter ses livres

La première ! Je me suis séparée de plus de cent livres il y a trois mois et aucun souci. Par contre prêter, je le fais depuis peu, à une amie – qui disparait six mois avant de me le rendre (j’ai un peu stressé la dernière fois).  Ma mère a la fâcheuse tendance à les prêter et à les oublier .. Je ne prête qu’à des personnes proches, j’avoue.  Et j’avoue, il y a cinq livres que je refuse de prêter – surtout un qui a été interdit et retiré de la vente donc impossible de le remplacer.

N’hésitez pas à reprendre ce tag pour votre compte ! Je suis curieuse de votre réponse! Et désolée pour mon silence, mais un petit souci de santé m’a éloigné de chez moi. Me voilà de retour et au repos pour quelques jours 😉