Holidays !

A l’heure où vous lirez ces lignes, je serai déjà dans l’avion direction … la Guadeloupe !

Je suis chanceuse car j’ai une excellente amie qui a eu la bonne idée de s’installer là-bas. Fort heureusement sa maison a été épargnée et depuis quelques jours tout fonctionne à nouveau normalement. Et je vous avoue quelque chose : même si nous allons devoir modifier notre programme, je m’en fiche : j’ai besoin de REPOS. Forcément, je dois emporter dans ma valise quelques lectures, et vu que je vais avoir l’esprit libre, je risque de lire énormément, sauf si le rhum détruit trop de neurones…

♦ Dans ma valise ♦

J’ai déjà lu deux romans de Donna Tartt : Le maître des illusions et Le Chardonneret (♥)  mais Marie-Claude (Hop sous la couette) ne jure que par celui-ci dont le titre, peu visible, est Le petit copain.

Dans une petite ville du sud des États-Unis, Harriet Cleve Dufresnes grandit dans l’ombre d’un frère décédé, retrouvé pendu à un arbre du jardin. Un meurtre non élucidé qui a anéanti sa famille.Imprégnée de la littérature d’aventures de Stevenson, Kipling et Conan Doyle, Harriet décide, l’été de ses 12 ans, de trouver l’assassin et d’exercer sa vengeance. Avec, pour unique allié, son ami Hely. Mais ce que Harriet et Hely vont découvrir est bien éloigné de leurs jeux d’enfants : un monde inconnu et menaçant, le monde des adultes…

864 pages : un page turner parfait pour l’avion 🙂

J’ai eu la chance de remporter un livre cette année dans le cadre du Prix Les Matchs de la Rentrée Littéraire, et ce livre me tentait énormément :

Dans une ancienne région minière des Appalaches ravagée par la pauvreté, l’ombre de Nitro Mountain s’étend sur la cohorte de laissés pour compte, junkies, piliers de comptoir, vauriens et marginaux sublimes qui y vivent. Jones, un musicien bluegrass qui se donne avec son groupe dans des bars glauques, prend sous son aile Leon, un jeune homme paumé qui ne se remet pas de sa rupture avec la séduisante, torturée et bouleversante Jennifer. Celle-ci a eu la mauvaise idée de tomber sous la coupe d’Arnett, un truand psychopathe aussi terrifiant que fascinant, reconnaissable au tatouage Daffy Duck qu’il porte au cou. 

J’ai commandé ce livre il y a deux mois en lisant des avis très positifs sur un site américain – David Grann est l’héritier de Truman Capote. Journaliste au New Yorker, il a publié The lost city of Z , véritable best-seller et qu’il faut que je lise un jour.

Dans les années 20, la nation indienne Osage, en Oklahoma, devient soudainement très riche lorsque des gisements de pétrole sont découverts sur leur réserve. Mais, un par un, ils furent assassinés, certains tués avec des armes, d’autres empoisonnés. Il fallut attendre le 24ème meurtre pour que les autorités fédérales s’y intéressent enfin. Ce fut la première grosse enquête du FBI. Edgar J.Hoover engagea un ancien Texas Ranger, Tom White, pour découvrir la vérité. Celui-ci employa des méthodes jusque là jamais utilisées (dont l’infiltration) et mit à jour l’une des plus sinistres conspirations de l’histoire américaine. David Grann revisite ici une série de crimes dans laquelle les gens furent tués de sang froid. Ce livre est un chef d’oeuvre de la « non fiction », à chaque pas, l’investigation dévoile les pires secrets. Un récit à la fois passionnant mais également profondément dévastateur. 

Surprise de dernière minute : il vient d’être sélectionné dans les Essais pour le National Book Award et Martin Scorsese l’adapte au cinéma avec Robert de Niro. Une raison de plus pour le lire !

Enfin, deux lectures qui n’étaient pas prévues au programme, un très joli cadeau,  mais que je suis ravie de pouvoir emporter avec moi, j’avoue que je trouve les couvertures magnifiques, n’est-ce pas ? Un roman finlandais et un roman zimbabwéen (mon premier!) dont les deux sujets sont en totale adéquation avec mes goûts 😉 Les avez-vous lus ?

Russie, 1925. Ilya, Klara et Lavr ont fui leur pays, la Finlande, pour s’installer au royaume de la liberté, jurant de ne jamais en repartir et laissant derrière eux leur nom, leur langue, tout ce qu’ils possédaient. À Petrograd, chacun peut se réinventer. Les rues sont pleines d’enfants sans abri ; Klara commence à travailler dans un refuge, où elle s’efforce d’en sauver quelques-uns.

Mais quand Petrograd est rebaptisée Leningrad, la vie devient dangereuse pour Klara et son entourage. L’utopie et les rêves, la fraternité et l’amour s’effacent peu à peu, tandis que s’élève au cœur de la ville la haute tour de la Grande Maison, surveillant tout et tous. 
L’auteur évoque avec pudeur le basculement de l’élan révolutionnaire dans la Grande Terreur et fait la part belle à ce qui en chacun résiste ou trahit, s’avilit ou grandit, quand le monde alentour devient une machine à broyer.

Un chef d’oeuvre finnois qu’il me tarde de découvrir ! J’ai adoré mon séjour en Finlande.

Alexander Lester est un auteur que j’avais envie de découvrir et après avoir lu deux auteurs sud-africains, j’ai envie de découvrir de nouveaux auteurs africains anglophones.

Rhodésie, années 1970. La colère gronde dans cette ancienne colonie britannique devenue indépendante, mais restée aux mains des Blancs. Alors qu’une guerre civile sans précédent s’apprête à ravager le pays, le jeune Wayne Roberts, fils d’un puissant propriétaire terrien rhodésien, n’a qu’une obsession : sauver Msasa, la ferme familiale dont il doit un jour hériter. Il y consacre tout son temps, pendant que son jeune frère Patrick préfère au dur labeur les romans d’aventures.

La guerre achève d’éloigner les deux frères : Wayne veut à tout prix défendre la terre familiale contre les nationalistes africains, tandis que Patrick estime que les terres doivent être rendues au peuple shona. Ce sera le début d’une plongée dans la violence que rien, et surtout pas leur irrépressible besoin de vengeance, ne pourra arrêter. Le sang qui les lie pourra-t-il les réconcilier un jour?

Je vais tenter de vous faire un peu voyager avec moi en particulier son mon compte Instagram (si je comprends comment fonctionnent les stories!) et j’ai prévu de publier plusieurs billets en mon absence donc je ne disparais pas totalement. Mais je serais évidemment moins présente 😉

A très bientôt !

Electra

13 thoughts on “Holidays !

  1. J’ai aussi Donna Tartt à mon programme… Nitro mountain me tente bien… Excellentes vacances au Antilles et bon retour !

  2. Merci pour tous ces billets qui complètent admirablement mes envies de lecture. Très beau programme de lectures ! Je suis pour ma part plongée dans un hypnotique recueil de nouvelles de Sam Shepard dont je n’avais rien lu depuis Motel Chronicles. BONNES VACANCES. La Guadeloupe possède une superbe forêt primaire qui a le don de nous ramener en des temps reculés où l’Amérique et les îles qui bordent l’Amérique étaient essentiellement peuplées par des « Indiens ». Une petite incursion dans ce qui me rappelle la « forêt d’Emeraude » à Basse-Terre et le charme des îles opère.

    1. Merci ! Je suis arrivée et j’adore la nature luxuriante (j’ai adoré l’Asie) donc oui j’ai tout de suite regardé les arbres. Mes Plantes préférées sont les fougères néo-zélandaises de plus de 3m de haut 🙂 je suis curieuse pour Sam Shepard

  3. Profite bien de tes vacances, du soleil et de la belle Gwada !
    J’ai hâte de voir ce que tu auras pensé de « Nitro mountain », je l’ai commencé et je suis mitigée…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>