The Essex Serpent ∴ Sarah Perry

Il me fallait une lecture un peu plus légère mais pas de chick lit ici ! Et mon choix s’est porté sur The Essex Serpent. Contrairement à ce que bon nombre de lecteurs masculins ont pu croire, le roman de Sarah Perry, bien que victorien et se déroulant dans la campagne anglaise, ne raconte pas qu’une simple histoire d’amour entre une jeune veuve et un vicaire.

Le roman s’attache aussi à étudier les thèmes de la science et de la religion, du scepticisme, de la foi, du droits des femmes, tout cela avec le mythe de ce serpent des mers attaché à cette région.

Cora Seaborne est une jeune femme intelligente, passionnée de sciences mais enfermée dans un mariage sans amour. Son époux député à la chambre des Lords est un homme brillant mais violent et lorsqu’il meurt subitement, Cora renaît à la vie et voit son veuvage comme le signe de sa libération. La jeune femme est passionnée de sciences et lorsqu’elle fait la connaissance du médecin de son époux, celui-ci a le coup de foudre. Veuve, Cora décide de quitter Londres et d’aller s’installer dans l’Essex où on a récemment découvert des fossiles dans les terres marécageuses. Elle quitte la ville accompagnée de son fils, Francis, 11 ans et de sa nounou, Martha, qui l’adore et la protège jalousement.

Arrivée sur place, Cora découvre que la population croit au retour du mythique serpent d’Essex. Après trois cent ans d’absence, le monstre est revenu dans l’estuaire le soir du Nouvel An et a pris la vie d’un jeune homme. Depuis, les gens ont peur. Cora, naturaliste amateur, ne croit pas au monstre mythique mais plutôt à une espèce animale encore inconnue et est ravie de sa réapparition. Cora croise par hasard des amis londoniens qui décident de la présenter au vicaire local, Wiliam Ransome. L’homme est intriguant. Homme de foi, il est convaincu que les rumeurs sur ce monstre sont une manifestation de la perte de la foi de ses ouailles et il veut absolument les ramener vers Dieu.

Will et Cora se rapprochent, même si leurs positions sont totalement à l’opposé : Will est un homme de Dieu et Cora ne croit qu’en la science. Malgré leurs différentes opinions, les deux personnages sont attirés l’un vers et l’autre et cette relation intense va avoir un impact important sur leurs vies respectives.

Mais voilà la bonne surprise : le roman ne tombe pas dans la guimauve. L’auteur, Sarah Perry a réussi à contourner l’obstacle en laissant le lecteur suivre ici plusieurs voies possibles : le monstre existe-t-il vraiment ? Le vicaire va-t-il voir sa foi vaciller ? La science va-t-elle l’emporter ? Le choix de l’époque est crucial car nous sommes à la fin du 19ème Siècle et les scientifiques commencent à faire mouche. La révolution industrielle est lancée et la population n’est plus uniquement fidèle à la parole religieuse.

De plus, Sarah Perry joue avec nos croyances : comment une légende, vieille de trois cent ans, peut-elle soudainement ressurgir et semer autant la panique ? Et j’ai adoré le dénouement de cette histoire. Je n’en dirais pas plus, mais l’auteur réussit à nous mener en bateau. Et moi aussi, mais je ne vous dis pas comment. Lisez le livre !

L’autre aspect très intéressant de ce livre est le thème du droit des femmes – Cora se fiche des conventions, elle porte le noir mais refuse de vivre en recluse. Elle s’émancipe en quittant Londres et en se passionnant pour les sciences. Le médecin qui avait suivi son époux est lui-même un pionner dans sa pratique de la médecine et ses expérimentations font débat. Le lecteur d’aujourd’hui sait à quel point ces hommes et femmes ont participé à des découvertes scientifiques, médicales, essentielles à nos pratiques actuelles.

L’autre point fort du roman sont les échanges entre le vicaire et la jeune veuve, la foi contre la science. Enfin, l’auteur réussit à un tour de passe passe en croquant des personnages locaux très amusants, en apportant toujours une touche d’humour et en présentant un enfant, Francis, qui aujourd’hui serait diagnostiqué autiste, comme un petit homme différent.

Son roman est charmant, intelligent et comme je l’ai lu « irrésistible » surtout pour une lecture estivale. On s’y amuse beaucoup mais on réfléchit également à sa condition et aux avancées scientifiques. J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman. Il souffre de quelques bémols mais rien d’assez important pour vous freiner dans votre achat !

J’ai hâte qu’il soit traduit en français prochainement. Je pense qu’il va être adapté au cinéma également. Si vous aimez comme moi les romans victoriens, l’intelligence d’esprit, l’émancipation de la femme, le progrès et le tout soupoudré d’un peu de romance et de mysticisme, alors foncez !

♥♥♥♥

Editions Serpent’s Tail, 2017, 448 pages

 

12 thoughts on “The Essex Serpent ∴ Sarah Perry

  1. Oh j’ai envie. Pas traduit n’est pas un problème, mais ça veut dire que je dois attendre un peu.(et il me reste trois des quatre en VO achetés au festival america, hum)

  2. Plus que tentée, c’est une des périodes british que je préfère (tout Elisabeth Gaskell !). La trad est-elle prévue rapidement ? Lire dans le texte ne me gêne pas, mais ai en retard « An Obvious Fact » et « The Highwayman » de Craig Johnson en priorité !
    Merci pour cette découverte.

    1. De rien ! J’ignore la date de sortie française mais vu son succès Outre-Manche je pense qu’il ne va pas tarder à arriver en France (il date de l’été 2016) mais pareil que toi, j’adore cette période 😉

    1. Ah oui, intéressant ! C’est vrai qu’il aborde des thèmes variés et procure du plaisir à la lecture donc je conçois bien qu’on le conseille à l’école !

    1. J’ai un doute en effet. Même si le thème église/science et la bête et la description de la vie te plairaient sûrement. Disons es-tu prêt à quitter ta zone de confort ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>