Le cœur du pélican

octobre 19, 2015
Le cœur du pélican

C’est après avoir vu l’interview de Cécile Coulon à l’émission de France 5 que j’ai eu envie de découvrir son œuvre et plus particulièrement ce roman, Le cœur du pélican.

Le coeur du pélicanIntriguée par la jeunesse de la romancière clermontoise et son style assez direct, j’ai du attendre plusieurs mois avant de pouvoir mettre la main sur ce livre. L’action se situe dans une ville  moyenne de province, dans un quartier résidentiel, où vient de s’installer la famille d’un jeune garçon prénommé Anthime. Plutôt effacé, très proche de sa sœur ainée, Helena –  le jeune homme craint son entrée au collège. A l’occasion d’un évènement, le jeune homme s’illustre par sa rapidité dans un jeu. Repéré par le prof de sports, Brice, entraineur obèse et plutôt rustre, Anthime s’entraine pour le cross UNSS. Ses résultats étant prometteurs, il obtient l’accord de l’entrainer plusieurs heures par semaine. Anthime excelle et obtient de très bons résultats au cours de ses années collège qui lui permettent d’accéder à une certaine notoriété et au respect de ses pairs. Le jeune homme est obsédé par la course et les résultats. La rage de vaincre. Anthime ne conçoit pas de perdre. Surnommé Le pélican, il devient un symbole pour toute la région. Sa voisine, Johanna, du même âge, est secrètement amoureuse de lui mais Anthime ne s’intéresse pas aux filles. Ou plutôt, il le cache car il est obsédé par une fille du collège avec qui il prépare des exposés : Béatrice, adolescente charnelle et sensuelle et qui possède une réputation de croqueuses de garçons. Aussi déterminée et libre que lui, Anthime croit avoir trouvé son double et ne cesse de la désirer.

C’est la veille d’une course important qu’il lui déclare sa flamme. Le lendemain, le monde d’Anthime s’écroule.

Vingt ans ont passé, Anthime, agent à pôle emploi, père de famille est marié à Johanna. Anthime a le ventre bedonnant et mène une existence bien morne. C’est en assistant à l’enterrement de son ancien entraineur qu’Anthime reçoit une baffe : d’anciens élèves se moquent du Pélican devenu aussi gras que la dinde de Noël. Cet électrochoc va le réveiller d’un profond sommeil et Anthime n’a plus qu’une envie : battre de nouveau un record – redevenir un champion aux yeux de tous. Il ressort d’abord un ancien vélo d’appartement entassé dans son garage et commence à s’entrainer en douce. Il sait que Johanna n’approuverait pas. Et c’est ce qui arrive lorsque son épouse découvre sa supercherie. Mais Anthime refuse d’abdiquer, il fait appel à sa sœur chérie, qui l’a toujours soutenu pour mener à bien son projet. Il quitte son domicile et part habiter chez elle.

C’est son orgueil qui va le pousser à entamer ce projet insensé : le tour de France. Le Pélican réussira-t-il l’exploit ?

Le problème d’Anthime n’est ni son épouse, qu’il n’aime pas (il rêve encore de Béatrice) et qu’il blâme pour ces vingt ans de gâchis, non le problème d’Anthime est qu’il n’aime personne, si ce n’est sa personne. Il n’aime pas tellement ses enfants. Le plus beau jour de sa vie, selon lui, fut cette satanée victoire le jour de ses onze ans (ou treize) … Pas la naissance de ses enfants, ni son mariage, non ce fameux jour où il a été adulé par tous. Un homme qui court après ça ne peut être qu’aveuglé par ses désirs et incapable de profiter de la réalité. Un homme amère et aigri.

Un personnage au final très antipathique, comme sa sœur ou Johanna et même Béatrice. Et c’est bien le souci du livre. Si l’histoire m’intéressait vivement, si le style de l’auteur m’a plu, j’ai développé une profonde antipathie pour le personnage au fil de ma lecture au point de ne ressentir aucune empathie pour cet homme, pour ses blessures ou ses échecs. Sa destinée m’importait peu et je commençais à lui souhaiter l’inverse !

Anthime s’est arraché le cœur, le pélican s’est arraché le cœur. Et pas seulement pour moi. Je vous l’ai dit, mais vous n’écoutez pas : le monde ne sera jamais vaste pour accueillir des hommes comme lui. Le monde ne comprendra jamais que les grands hommes ne sont pas ceux qui gagnent, mais ceux qui n’abandonnent pas quand ils ont perdu.

Et là je ne suis pas d’accord avec ces paroles (de sa sœur je crois) : le Pélican s’arrache le cœur pour nourrir les siens, Anthime ne s’arrache pas le cœur :  il arrache le cœur des autres pour satisfaire sa propre destinée. Il n’est jamais question des autres de ce roman. Alors oui, ce projet est fou comme l’était celui de Forrest Gump – mais Forrest Gump se donnait à tous, il s’offrait au monde et le portait en lui. Chacun de nous s’est retrouvé dans Forrest lorsqu’il part courir à travers sa contrée mais ici on voit seulement le projet d’un homme fou, obsédé par ses échecs et qui veut au prouver au monde qu’il est au-dessus d’eux. Un mégalomane.

A cela s’ajoute la passion de ses trois femmes pour cet homme profondément égocentrique et même les envies incestueuses de la sœur ainée (le frère y pense aussi). Et puis il y a quelques ficelles trop grosses (on ne devient pas une star en France quand on a gagné une course UNSS et on oublie souvent nos amourettes d’ado). Alors non, je n’ai pas vu le roman comme l’éditeur le présente : celui d’un homme courageux qui tombe et se relève. J’ai vu à l’inverse celui d’un homme qui depuis l’enfance s’est toujours senti profondément supérieur aux autres et va tout faire, même le pire pour le prouver. Glaçant.

♥♥♥♥♥

[highlight color= »color here »] Cécile Coulon, Editions Viviane Hamy, 237 pages [/highlight]

12 commentaires
0

Vous pourriez aussi aimer

12 commentaires

Léa Touch Book octobre 19, 2015 - 6:14

J’ai raté l’auteure à la Comédie du livre, je voulais absolument le prendre et le faire dédicacer ! Je vais quand même me le prendre haha 😀

Reply
Electra octobre 19, 2015 - 6:29

Elle m’intrigue vraiment. Je veux lire un autre de ses romans, j’espère simplement pouvoir m’attacher un peu plus aux personnages 😉

Reply
luocine octobre 19, 2015 - 8:38

je suis certaine d’avoir les mêmes réaction que toi alors je laisse passer sans regret ce roman

Reply
Electra octobre 19, 2015 - 10:48

Si c’est le cas, passe ton chemin alors ! J’ai du mal avec ce genre de personnages .. Pourtant l’histoire et le style sont pas mal du tout mais son égocentrisme m’a vraiment déstabilisé.

Reply
Marie-Claude octobre 20, 2015 - 12:26

Tu te doutes bien que je vais passer mon chemin!
Néanmoins, un très beau et bon billet, ma chère. Et une sublime photo!

Reply
Electra octobre 20, 2015 - 11:05

Oui je m’en doute ! Merci ! et j’adore les pélicans ! Je suis tombée amoureuse d’eux en les voyant en Floride dans les petits ports de pêche !
quels sublimes animaux !

Reply
Kathel octobre 20, 2015 - 8:53

J’avoue que je n’ai pas fini ce livre, pour des raisons que tu expliques très bien ! Par contre, j’avais adhéré totalement à son premier roman, Le roi n’a pas sommeil… et je compte bien en lire un autre…

Reply
Electra octobre 20, 2015 - 11:06

Ah merci ! Car je veux en lire un autre d’elle car j’ai aimé le style et je trouve ses idées originales mais là … je vois que tu ne l’as pas fini donc ça me rassure, je n’ai pas imaginé autre chose… un type imbuvable. Je note donc Le roi n’a pas sommeil !

Reply
Hélène octobre 20, 2015 - 9:48

Je déteste les héros antipathiques. Je suis aussi intriguée par cette auteure mais le pitch de ses romans ne me tentent pas…

Reply
Electra octobre 20, 2015 - 11:09

Moi oui et non. Par exemple, Limonov de Carrère a tout du type détestable (et en plus il existe) mais la façon dont Carrère écrit en fait un personnage fascinant mais par contre j’ai trouvé ici le type imbuvable et sans originalité – je me souviens aussi avoir détesté le personnage principal d’Anne Gavalda dans La consolante ! Je l’ai vraiment détesté et je n’ai plus la relire après. Oui, au final on se ressemble pas mal. Ce qui me fait penser que ce sont deux femmes qui écrivent sur des hommes qu’elles transforment en monstre d’égocentrisme or quand on lit les présentations des éditeurs ils sont plutôt courageux 😉

Reply
Jerome octobre 21, 2015 - 1:46

J’avais moi aussi beaucoup aimé « Le roi n’a pas sommeil » (qui se passe aux États-Unis en plus 😉 ). Tu pourrais peut-être enchaîner avec celui-là…

Reply
Electra octobre 21, 2015 - 4:23

Ok ! aux USA en plus ? Je suis convaincue ! Merci
PS : j’ai plein de BD à lire et billets à venir .. ça va devenir un vrai boulot de tenir ce blog 🙂

Reply

Saisissez votre commentaire