Mes lectures automnales

septembre 23, 2013
http://rjbresnik.files.wordpress.com/2012/07/native_ceremonial_eagle_dancer.jpg
La liste de mes futures lectures pour cet automne (7 livres dont 3 avec des Indiens).
Si de temps en temps, vous jetez un œil à mes lectures en cours, vous aurez remarqué que je lis, à nouveau, mon roman préféré : Franny and Zooey de J.D Salinger. Vous ayant ces derniers temps largement embêté avec la sortie d’un documentaire, puis d’une bibliographie et enfin de romans ou nouvelles de l’écrivain lui-même, j’ai forcément eu envie de retourner rendre visite à sa plus célèbre famille, les Glass. Famille désaxée new-yorkaise que l’auteur affectionnait tant, en lui consacrant plusieurs nouvelles, et qui je l’avoue m’obsède toujours autant !

En attendant la fameuse suite annoncée, je retrouve avec plaisir les deux derniers de la fratrie, la troublante Franny et le sublime Zooey (oui c’est un garçon, il s’agit ici du diminutif de Zachary). Logiquement, je devrais vous annoncer l’arrivée d’un prochain billet, mais comme je l’ai déjà dit, j’ai toujours du mal à écrire sur mes romans, films ou musiciens préférés. Mais je vais tenter de le faire, promis !

J’ai découvert, très tardivement (à un mois et demi de mon changement de job), que l’on pouvait emprunter des livres à mon travail – J’ai jeté mon dévolu sur trois livres, dont je ne connais pas les auteurs (de nom oui, mais je ne les ai encore jamais lus) :


L’enfant allemand de Camilla Läckberg – j’aime les enquêtes policières, les romans nordiques et pourtant je n’ai encore jamais lu une seule œuvre de la romancière suédoise. Sans doute parce que justement je craignais l’overdose. Mais je me lance, on verra bien.
Le Palais de verre de Simon Mawer – j’avoue que la quatrième de couverture et le mot de l’éditeur m’ont emballés : « À travers les aventures d’un couple juif en Tchécoslovaquie dans les années 20, de leur famille et de leur maison, Simon Mawer dresse un portrait fascinant de six décennies de l’Histoire européenne ».
Le livre a reçu plusieurs prix, je n’ai encore lu aucun billet sur un blog littéraire sur ce livre. 

Murmures de glace de Bettina Balàka – premier roman de l’auteur autrichien traduit en français, je remonte à nouveau le temps dans une enquête policière. A voir !
« Vienne, 1922. Balthasar Beck rentre chez lui après sept années de guerre et de captivité en Russie. Le retour de Beck « à la vie civile » coïncide avec une étrange découverte  : un squelette exposé sur un tapis de feutre vert dans la cour intérieure d’un immeuble ».

ACHATS !!!! 

Et puis, j’imagine que cela arrive à d’autres, étant dans ma famille, la plus grosse liseuse, je suis devenue par la force des choses libraire et bibliothécaire – ma mère, ma sœur, mes amis, etc. m’empruntent mes livres, me demandent avis. Bon j’adore ça ! Je ne vous le cache pas ! A tel point que mes livres sont lus dorénavant par la famille très éloignée (au revoir cher ouvrage pendant au minimum six mois). Ma mère, se sentant coupable de ne plus acheter de livres,  m’a gentiment donner quelques billets verts samedi dernier. Évidemment, est arrivé ce qui devait arriver, au lieu d’attendre sagement d’avoir lu les trois livres empruntés, j’ai couru acheter des livres !

Seul bémol : je dois les lire en français, « mes clients » n’étant pas bilingues. Mais qu’importe, je ne vous raconte pas le plaisir ressenti en allant de rayons en rayons, choisir ses livres ! J’étais comme une enfant dans une boulangerie avec une pièce de deux euros à la main 😉
Et en plus, cela m’a donné une idée pour mon blog (à suivre).

1/ Craig JohnsonLittle Bird – Gallmeister
   

Est-ce un signe ? Trois de mes livres abordent le sujet des « Indiens d’Amérique », suis-je en manque de ces contrées lointaines ? Des Rocheuses ? Des réserves indiennes que j’ai traversées maintes fois ? (le terme « Native American » m’a toujours paru stupide, le mot America ayant été créé par les Européens).

Johnson signe ici le premier volet d’une saga qui met en scène le shérif Walt Longmire dans les vastes plaines du Wyoming. Alors que ce dernier est prêt à rendre les clés, le corps d’un adolescent est découvert. Celui-ci avait condamné avec sursis pour le viol d’une jeune indienne deux ans auparavant, les tensions entre les communautés sont ravivées, forçant ce shérif mélancolique et désabusé à mener l’enquête. 

Les critiques sont dithyrambiques. J’ai donc hâte de le découvrir.

2/ Louise ErdrichLove MedecineLe livre de Poche 
Le magazine Elle lui consacre un article pour son dernier livre, la romancière américaine, elle-même amérindienne, et gérante d’une bibliothèque  à Minneapolis, signe ici la version définitive de son premier roman (augmentée par ses soins) qui raconte les destins de deux familles indiennes, dans leur réserve du Dakota de 1934 à nos jours.
Hâte de le lire, voici les mots de la grande Toni Morrisson : « Une livre d’une telle beauté qu’on en oublierait presqu’il nous brise le cœur », que dire de plus ?

3/ Dorothy M.JohnsonContrée indienneGallmeister

D’abord, je réalise peu à peu, que j’achète de plus en plus de livre de la maison d’édition Gallmeister, merci à eux de traduire tous ces livres (et ceux de Larry McMurtry) dans leur collection « une autre littérature américaine ». 


Le destin de cette femme, née en 1905 (et décédée en 1984) est lui-même exceptionnel, ou plutôt, il me parle, car elle a grandi au Montana, et est allée à l’université de Missoula, devenue au fil des ans, un refuge et un lieu d’enseignement pour de nombreux écrivains. J’ai eu la chance d’aller plusieurs fois dans cette ville et de visiter l’université (soupir). Ici, il s’agit de la publication de onze nouvelles, dont deux jamais traduites, qui racontent les dures lois de l’Ouest. Dorothy M.Johnson n’était pas une John Wayne au féminin, même si l’une de ses nouvelles présente dans ce recueil a été adaptée au cinéma (L’homme qui tua Liberty Valance), elle fut adoptée par la tribu blackfoot (que je connais bien).

4/ Sofi OksanenLes vaches de StalineLe Livre de Poche

Retour en Europe, en Finlande et surtout en Estonie ! Après mon sublime voyage de cet été (cf. billets ci et là), j’ai voulu lire les autres romans de Sofi Oksanen dont j’avais découvert l’excellent Purge (qu’a adoré mon beau-père, autre membre de mon club de lecture). Premier livre de cette jeune romancière finlandaise, d’origine Estonienne, il vient au parfait moment pour moi, ayant eu l’occasion de découvrir en profondeur l’histoire de ce petit pays au Musée de l’Occupation à Tallinn. 


2 commentaires
0

Vous pourriez aussi aimer

2 commentaires

Nelfe septembre 26, 2013 - 10:22

Ah tu tentes Camilla? 😉
J'avais fait le choix de commencer par le tout premier afin de suivre l'histoire privée en filigrane des perso principaux… Mais c'est justement "L'Enfant allemand" qui m'a fait commencer la saga (et je ne l'ai pas encore lu…).

J'ai lu "Love medicine" il y a 2 ans et j'avais été assez déçue par ce roman alors que j'en avais entendu beaucoup de bien…
Mon billet si ça te dit de le lire ensuite: http://cafardsathome.canalblog.com/archives/2011/11/03/22569162.html

Reply
Electra septembre 26, 2013 - 10:24

Merci ! Oui ses romans sont célèbres. Je vais le lire tranquillement ton billet, je n'avais plus d'électricité bref encore une histoire à raconter ! Tu as vu l'adaptation télévisée ?

Reply

Saisissez votre commentaire